•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intervention policière au port de Vancouver

Une personne est arrêtée au port de Vancouver.

Les policiers ont arrêté des manifestants qui bloquaient l'accès au port de Vancouver, mardi.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

L'entrée principale au port de Vancouver a été rouverte à la circulation des camions mardi après-midi après avoir été bloquée pendant près de 24 heures par une cinquantaine de manifestants. Beaucoup d'entre eux avaient passé la nuit dans des sacs de couchage près de Clark Drive et de la rue Hastings Est.

Le Port avait obtenu une injonction de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, qui interdisait le blocage de son entrée principale.

Le Service de police de Vancouver s'est rendu sur place pour faire respecter l’injonction obtenue le 9 février. Les policiers ont expliqué aux manifestants qu’ils devaient quitter les lieux ou faire face à des arrestations.

Des policiers ont par la suite arrêté six personnes parce qu'elles refusaient de respecter l'injonction.

Mardi matin, Natalie Knight, coorganisatrice de la manifestation au port de Vancouver, disait que le fait d'être en retard au travail n'est qu'un inconvénient mineur comparativement à ce que les Premières Nations ont enduré au Canada.

Natalie Knight porte une écharpe et est accompagnée d'une autre manifestante.

Natalie Knight (à gauche) dit que les manifestants en soutien aux Wet'suwet'en qui bloquent le Port de Vancouver comptent y rester.

Photo : Radio-Canada / Yvette Brend

Le Port de Vancouver a affirmé mardi matin que l’ordre de la Cour était toujours en vigueur et qu’il était en discussion avec le Service de police de Vancouver pour répondre aux manifestations à l’intersection des rues Clark et Hastings.

Nous respectons le droit de manifester de façon pacifique, mais nous avons aussi une responsabilité fédérale d’assurer le transport sécuritaire et efficace de marchandises au port, , a indiqué l’organisation.

Des manifestants à Victoria

Un groupe de manifestants a passé la nuit sur les marches du parlement à Victoria. Ils ont commencé à occuper les marches du bâtiment lundi après-midi.

Des agents du Service de police de Victoria se sont rendus sur place dans la soirée. La police a mis un camion à la disposition de ses agents dans le secteur lundi soir pour qu'ils puissent se réchauffer. Aucune arrestation n'est prévue pour l'instant.

Ils étaient près d’une trentaine mardi matin à occuper une des entrées de l’Assemblée législative.

Des manifestants occupent les marches du parlement à Victoria.

Près d'une trentaine de manifestants étaient réunis mardi matin devant le parlement à Victoria.

Photo : Radio-Canada / Tanya Fletcher

Des chefs héréditaires arrêtés dans le nord de la Colombie-Britannique

Plusieurs manifestants, dont au moins deux chefs héréditaires, ont été arrêtés à une barricade sur une voie ferrée dans le nord de la province lundi soir, selon des témoins.

Des membres de la nation Gitxsan y avaient installé un barrage près de New Hazelton, au nord de Smithers, au milieu de l’après-midi. Ce barrage, qui a été retiré depuis, survient près de deux semaines après qu’une barricade similaire a été démantelée à cet endroit à la suite de garanties de dialogue avec les autorités politiques fédérale et provinciale.

Le chef héréditaire Spookw, de la nation Gitxsan, a dit que les manifestants étaient sur place pour soutenir les chefs héréditaires Wet’suwet’en qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink dans le nord de la Colombie-Britannique. Ils se déclaraient aussi contre les arrestations, lundi, de manifestants à un camp sur le territoire Mohawk, à Tyendinaga, en Ontario, qui bloquait des voies ferrées.

Des policiers sont alignés devant des manifestants.

Une photo du chef wet'suwet'en Dinize Ste ohn tsiy montre des policiers à la barricade avant les arrestations près de New Hazelton, en Colombie-Britannique.

Photo : Dinize Ste ohn tsiy (Rob)/Twitter

Les témoins ont décrit une scène chaotique d’arrestations dans la noirceur à la barricade, entre 40 manifestants et 20 policiers. La Gendarmerie royale du Canada et le Service de police du Canadien National n’ont pas confirmé les arrestations.

Des manifestants sont rassemblés près de véhicules de la police.

Plusieurs personnes ont été arrêtées à la barricade, selon des témoins.

Photo : Dinize Ste ohn tsiy (Rob)/Twitter

Le chef Spookw était parmi les personnes arrêtées, selon sa femme, Linda Stephens, qui a vu son mari être expulsé par la police. J’étais là, et c’était assez intense, raconte-t-elle.

J’ai apporté cette couverture traditionnelle pour la déposer avec lui sur la voie ferrée. Je me suis retournée pour m’éloigner, puis quand je suis revenue, il était déjà escorté par la police, précise-t-elle.

Le chef Spookw a été relâché dans la soirée.

À Kamloops, un autre groupe de manifestants étaient sur les voies ferrées du Canadien Pacifique, à l'est de la ville. Ils se trouvaient près du centre communautaire Neskonlith, où un barrage similaire a été installé la semaine dernière.

Ils se sont retirés des voies ferrées après que la GRC est intervenue pour appliquer l’injonction de la Cour. Dans un communiqué, la police fédérale a confirmé ceci : « Deux dizaines de manifestants bloquaient les voies ferrées du CP près de Chase [en Colombie-Britannique]. [...] Trois personnes ont été arrêtées pour avoir enfreint l’injonction et refusé de quitter les rails du CP. »

La police fédérale indique que le reste des manifestants ont retiré leurs biens matériels des voies ferrées.

Avec les informations de Kim Vermette, Rafferty Baker, Yvette Brend, Chantelle Bellrichard, Clare Hennig et Dan Burritt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !