•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

981 surdoses mortelles 2019 en C.-B., une diminution de 36 % par rapport à 2018

Plan serré de mains sales qui utilisent une seringue pour extraire de la drogue d'un petit contenant.

Le Bureau des coroners se joint aux responsables de la santé pour réclamer un meilleur accès à un approvisionnement de substance réglementé et sécuritaire.

Photo : Spencer Platt/Getty Images

Radio-Canada

Les morts par surdose liés à des drogues illicites ont diminué de 36 % l'an dernier en Colombie-Britannique par rapport à 2018, mais ce nombre (981) est à peu près le même qu’en 2016, lorsque la province a déclaré une urgence sanitaire provinciale.

En 2019, des surdoses présumées ont coûté la vie à 981 personnes : c'est 2,7 morts par jour. Or, ce nombre est susceptible d'augmenter à mesure que se termineront les enquêtes sur les décès de l'année dernière, annonce la coroner en chef de la province, Lisa Lapointe.

Depuis 2016, plus de 5000 personnes sont mortes par surdose liés à des drogues illicites en Colombie-Britannique.

L'hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, estime que la réduction du nombre de cas indique que les mesures mises en place ont un effet.

Ce que cachent les données

La coroner de Kelowna Susan Barth fait partie d'une équipe d'enquête qui documente méticuleusement chacune des morts par surdose en Colombie-Britannique.

Il est facile de se perdre dans les données, rappelle-t-elle. Qu'il s'agisse d'un propriétaire de petite entreprise ou de quelqu'un qui est marginalisé dans le quartier d'East Hastings, peu importe qui c'est, sa vie comptait, affirme-t-elle.

Plan serré d'une seringue usagée sur le pont Cambie à Vancouver.

De plus en plus, le drogues illicites contiennent du Fentanyl, selon les autorités.

Photo : Radio-Canada / Rafferty Baker/CBC

En 2017, un père en deuil lui a demandé où se situait son fils parmi les nombreux cas de décès par surdose cette année-là. Elle a dû lui dire que son fils était la 1207e victime sur 1226.

J'ai de la chance de ne pas avoir perdu quelqu'un de cette manière, confie-t-elle, notant que les gens qui meurent de surdose viennent de tous les horizons et de tous les milieux socioéconomiques.

Mme Barth joint sa voix à d'autres pour réclamer un approvisionnement sécuritaire pour les utilisateurs de drogues illicites afin qu'ils ne courent pas le risque de mourir d'une surdose au fentanyl.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Crise des opioïdes