•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première utilisation des défibrillateurs de la police de Trois-Rivières

Une policière place un défibrillateur dans le coffre d'une auto-patrouille

La moitié des véhicules de patrouille du Service de police de Trois-Rivières seront désormais équipés d'un défibrillateur.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux agentes de la police de Trois-Rivières ont utilisé vendredi pour la première fois les défibrillateurs nouvellement installés dans les véhicules de patrouille. Un homme de 75 ans, en arrêt cardiorespiratoire, a ainsi pu être pris en charge avant l’arrivée des ambulanciers.

Seulement une semaine après leur installation, les nouveaux défibrillateurs de la Police de Trois-Rivières ont porté fruits. Vendredi dernier, autour de midi, les agents de la police ont reçu un appel pour porter assistance à des ambulanciers sur la rue J.A. Vincent.

Un défibrillateur

Un défibrillateur

Photo : Radio-Canada

Sur place, deux policières ont eu le temps d’agir avant l’arrivée des ambulanciers. L’une a commencé le massage cardiaque, pendant que l’autre a pu installer le défibrillateur. Les ambulanciers ont ensuite pris le relais et l’état du septuagénaire était stable à son arrivée à l'hôpital.

L’une des agentes faisait partie de la vingtaine de policiers tout juste formée à l’utilisation du défibrillateur. À l’avenir, l’ensemble des 170 policiers devront recevoir cette formation de huit heures.

Combiné aux manœuvres de réanimation, un défibrillateur permettrait d’augmenter de 60 % les chances de survie d’une personne qui subit un arrêt cardiorespiratoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Prévention et sécurité