•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barrage à Listuguj : de la voie ferrée à la route 132

Les Micmacs ont donné des tracts aux automobilistes.

Des gens qui distribuent des tracts à un automobiliste

Les Micmacs bloquent partiellement la route à Listuguj pour distribuer des tracts.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

En cette 15e journée de barrage de la voie ferrée de la Gaspésie, les Micmacs de Listuguj mènent aussi des actions sur la route 132.

Les manifestants ne se limitent plus au blocage du chemin de fer à Listuguj.

En fin de matinée, lundi, ils ont ralenti la circulation sur la route 132 pour distribuer des tracts qui expliquent les raisons du barrage qu'ils ont érigé sur la voie ferrée.

Un feuillet, qui reprend les revendications des chefs héréditaires des Wet’suwet’en, était remis aux automobilistes avant de les laisser repartir. Les Micmacs n'ont pas l'intention de bloquer complètement la route pour le moment. La distribution a finalement eu lieu de 12 h 30 à 16 h.   

Une feuille fripée où on peut lire un texte en anglais avec en titre « Stand with Wet'suwet'en ».

Les Micmacs ont distribué ce feuillet qui fait état de leur appui aux revendications des chefs héréditaires des Wet'suwet'en

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Plus tôt lundi matin, le passage de trois camions du groupe de sciage GDS a été bloqué par les manifestants.

Le chef héréditaire du Grand conseil micmac de la Gaspésie, Gary Metallic, indique que la démarche demeure pacifique.

Des automobiles et un camion transportant du bois garés près d'une voie ferrée.

Les manifestants ont bloqué le passage aux camions du groupe GDS

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

M. Metallic ajoute que la manifestation de Micmacs vise aussi à rappeler que le chemin de fer a été construit sur un territoire qui n'a jamais été cédé au Canada.

Gary Metallic souhaite aussi que la question de la gestion des autochtones sur les territoires non cédés soit débattue entre les chefs héréditaires et les conseils de bande. Sinon, il croit que d'autres crises pourraient survenir.

Par ailleurs, Québec n'exclut pas la possibilité de demander une injonction pour forcer la levée du campement à Listuguj.

De la toile, du bois, des chaises entourant un feu éteint.

Le campement des Micmacs de Listuguj

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le ministre des Transports, François Bonnardel, indique qu’il surveille la situation, notamment à Listuguj, où le rail est la propriété du gouvernement du Québec. Il espère la levée de tous les barrages d'ici 48 heures. On n’a pas demandé d’injonction encore parce qu’on reste persuadé que le dialogue est la meilleure des choses, mais comme on l’a dit la semaine dernière, tout est sur la table, commente le ministre.

En Ontario, de nombreux policiers sont intervenus lundi matin à Belleville. Au moins quatre des manifestants ont été arrêtés.

La Société du chemin de fer de la Gaspésie a mis à pied une quinzaine d'employés, vendredi, en raison du barrage érigé par les Micmacs, le 10 février dernier.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Autochtones