•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : « Le risque n’est pas plus élevé pour l’instant »

Horacio Arruda parle dans un micro.

Le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a fait le point sur la situation du coronavirus dans la province lundi après-midi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les autorités québécoises de la santé publique se veulent rassurantes relativement à la présence d'une femme atteinte du COVID-19 sur un vol qui a fait escale à Montréal le 14 février.

D'abord, il n'y a toujours aucun cas de la maladie liée au nouveau coronavirus diagnostiqué au Québec, a tenu à souligner Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec, dans un point de presse en début d'après-midi, lundi.

Ensuite, même si la probabilité est faible, toutes les personnes qui ont été proches de la patiente atteinte du COVID-19 dans le vol d'Air Canada qui a fait escale à Montréal en route vers Vancouver, le 14 février, seront contactées personnellement par les responsables de la santé publique, a-t-il annoncé.

On est à 10 jours du vol, si les gens avaient eu à développer la maladie, ce serait déjà le cas.

Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec

Dimanche, la compagnie aérienne a annoncé qu'une passagère de ce vol a été déclarée positive au COVID-19 et que les autorités sanitaires n'ont confirmé le cas que le 22 février, soit plus d'une semaine après le vol.

Pour l'heure, la quarantaine de personnes qui étaient assises dans les trois rangées devant et les trois rangées derrière la femme infectée seront donc contactées. On leur suggérera un isolement volontaire et on leur demandera de passer des tests pour s'assurer qu'ils n'ont pas contracté la maladie.

La femme effectuait un vol Istanbul-Montréal, puis Montréal-Vancouver. Les autorités québécoises s'occupent d'entrer en contact avec les passagers qui étaient à bord du vol Istanbul-Montréal, tandis que les autorités britanno-colombiennes, qui ont établi le diagnostic de la voyageuse, sont chargées de contacter les passagers à bord du vol intérieur.

Je vous rappelle que c’est une maladie qui se transmet par gouttelettes. Même dans le cas d’une maladie aérienne comme la tuberculose, on ne teste que certaines rangées en avant et derrière, a encore dit M. Arruda.

Contrairement à d'autres maladies plus contagieuses, comme la varicelle et la rougeole, le COVID-19 ne se transmet en effet que par un contact avec des gouttelettes infectées.

11 cas au Canada

La totalité des cas de COVID-19 diagnostiqués au pays pour le moment l'ont été dans seulement deux provinces, soit l'Ontario et la Colombie-Britannique.

Un peu plus tôt dans la journée, les autorités de la santé publique de la Colombie-Britannique ont annoncé qu'un septième cas d'infection au coronavirus a été diagnostiqué dans la province.

Malgré cela, elles ne pensent pas que le risque de contracter le COVID-19 soit plus grand. Nous savons qui a été à risque en lien avec ce 7e cas, a déclaré Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique.

En Ontario, un quatrième cas a été confirmé lundi matin. Il s'agit d'une femme qui a voyagé en Chine. Les trois autres personnes atteintes de la maladie dans la province sont par ailleurs guéries.

Contenir ou gérer?

Plus tôt lundi matin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé la planète à se préparer au fait qu'une pandémie est à nos portes. L'agence onusienne se dit préoccupée par l'accélération de la propagation du virus hors de la Chine, qui a eu lieu au cours de la fin de semaine.

L'augmentation soudaine de nouveaux cas a eu lieu en Italie, en Corée du Sud et en Iran. Au moins cinq nouveaux pays – Irak, Oman, Afghanistan, Bahreïn, Koweït – sont également touchés.

Au Québec, pour l'instant, le risque de contracter la maladie ne serait pas plus élevé qu'au cours des dernières semaines. Mais pourrait-on en venir à des méthodes de confinement similaires à celles mises de l'avant dans certaines villes du nord de l’Italie?

Tout est possible, répond Horacio Arruda, qui n’exclut aucune option. Actuellement, il n’y a pas de transmission chez nous, mais advenant que [ça se produise] dans une école, [...] on pourrait en venir à des mesures de containment ou de fermeture d'écoles, a-t-il illustré.

On n’en est pas là. Mais c’est quelque chose qui serait possible.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !