•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inclusion scolaire au Nouveau-Brunswick : une révision s’impose, selon Dominic Cardy

Il est temps de réviser la composition des classes, selon le ministre de l'Éducation, Dominic Cardy.

Photo : CBC/Maria Jose Burgos

Radio-Canada

Les écoles du Nouveau-Brunswick peinent à assurer une véritable inclusion scolaire pour tous les élèves qui ont besoin d'aide, ont révélé les récentes consultations du gouvernement. Le ministère de l'Éducation étudie d'ailleurs un nouveau modèle de financement pour l'inclusion scolaire, en fonction des besoins des différentes écoles.

Dominic Cardy veut aussi revoir l'ensemble de la politique sur l'inclusion scolaire. Il estime que la politique n’est pas efficace pour les élèves ayant des troubles du développement, les autres élèves et les enseignants.

Incidents violents

D'ailleurs, des enseignants craignent d’enfreindre la politique s’ils corrigent un élève turbulent, explique-t-il. Il dit que des élèves et des enseignants doivent sortir de la classe plusieurs fois par jour ou par semaine à cause d'incidents de ce genre.

Il y a aussi des cas de violence, souligne le ministre Cardy. Il arrive que des élèves crachent ou urinent sur leurs enseignants, qu’ils les mordent, leur donnent des coups de poing ou des coups de pied, dit-il.

Dominic Cardy s'adresse à des gens assis dans une salle communautaire

Le ministre Dominic Cardy a récemment fait une tournée de consultation dans la province au sujet de son livre vert en éducation.

Photo : CBC/Hadeel Ibrahim

Dominic Cardy a décidé qu’une révision s’impose tandis qu’il faisait une tournée de la province pour recevoir des commentaires sur son livre vert en éducation. Dans ce document de 25 pages, il propose notamment de regrouper des années scolaires, d’instaurer un programme de langue seconde dans les garderies et d’utiliser davantage l’intelligence artificielle en classe.

Durant sa tournée, M. Cardy a entendu des parents dire que leur école n’avait pas les ressources ni les services d’appui nécessaires pour accueillir des élèves à besoins spéciaux.

À Saint-Jean, Sharron Gerrits, mère d’un garçon atteint du syndrome de Down, a demandé au ministre Cardy comment il comptait répondre à ce manque de ressources. Selon elle, des élèves qui ont besoin d’appui passent entre les mailles du filet. Les autorités scolaires répètent que cet appui est important, mais rien ne change jamais, a-t-elle lancé.

Une demande des enseignants

Des enseignants réclament des changements à la politique d’inclusion depuis quelques années en expliquant que le fait d’inclure des élèves qui ont des déficiences intellectuelles peut entraîner des conséquences négatives sur l'apprentissage de l’ensemble des élèves de la classe.

Le ministre Cardy estime qu’il faut en faire plus pour accommoder des élèves à besoins spéciaux et pour protéger les enseignants lors d’incidents violents. Lorsque les écoles manquent des ressources nécessaires et que des élèves ont des problèmes de comportement, cela peut grandement perturber les classes, explique-t-il.

Plusieurs étapes

La révision de la politique comprendra notamment un examen des responsabilités et des ressources appropriées pour les classes. Il est question de pouvoir compter sur un nombre suffisant d’assistants en éducation.

Le ministère de l’Éducation va diriger l’exercice de révision. Le sous-ministre George Daly, ancien dirigeant de la New Brunswick Teachers Association, va produire un échéancier. La révision doit commencer cet été.

Le président de l'Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick souhaite voir bientôt si les intentions du ministre seront suivies de mesures concrètes.

On va voir dans le budget si le ministre a vraiment les intentions ou les moyens de soutenir ses intentions, on va peut-être le voir dans le fameux budget qui va sortir le 10 mars, indique Gérald Arseneault.

Mais le ministre Dominic Cardy estime que la révision de la politique pourrait prendre de six à huit mois.

La mise à jour la plus récente de la politique d’éducation inclusive remonte à septembre 2013.

Avec les renseignements de Michel Corriveau et d’Elizabeth Fraser, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale