•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harvey Weinstein reconnu coupable d’agression sexuelle et de viol

Harvey Weinstein avait plaidé non coupable et affirmé n'avoir eu que des relations sexuelles consenties.

Photo : Getty Images / Scott Heins

Radio-Canada

Harvey Weinstein a été reconnu coupable d'agression sexuelle et de viol, lundi, mais a été acquitté des chefs relatifs à un comportement prédateur qui lui faisaient risquer la prison à vie.

Après cinq jours de délibérations, le jury composé de sept hommes et cinq femmes a rendu son verdict peu avant midi dans le procès dont il faisait l'objet à New York.

Des cinq chefs d'accusation portés contre lui, deux ont mené à un verdict de culpabilité. Harvey Weinstein a été reconnu coupable d'agression sexuelle contre l'ancienne assistante de production Miriam Haley pour un acte survenu en 2006 et de viol contre Jessica Mann, qui aspirait à devenir actrice, pour des gestes commis en 2013.

L'ex-producteur de cinéma, longtemps considéré comme l'un des plus influents de Hollywood, a été acquitté des trois chefs d'accusation les plus importants, soit ceux d’agression sexuelle dans le cadre d'un comportement prédateur sur Miriam Haley, Jessica Mann et Annabella Sciorra.

L'homme de 67 ans avait plaidé non coupable et affirmait n'avoir eu que des relations sexuelles consensuelles.

Après l'annonce du verdict, Harvey Weinstein a été menotté et conduit en prison. Sa peine sera déterminée le 11 mars prochain par le juge James Burke.

Le chef le plus grave pour lequel il a été reconnu coupable, l'agression sexuelle envers Miriam Haley, est passible d'une peine maximale de 25 ans de prison. Pour le viol de Mme Mann, il pourrait écoper d'un maximum de 4 ans de prison.

Weinstein est un prédateur sexuel vicieux et en série qui a utilisé son pouvoir pour menacer, violer, agresser, tromper, humilier et faire taire ses victimes, a déclaré Cyrus Vance, procureur de Manhattan, tout de suite après l'annonce du verdict, rendant hommage aux six femmes héroïques qui ont témoigné contre lui. Elles et les deux procureures responsables du dossier ont changé le cours de l'histoire, a-t-il ajouté.

Elles ont permis de faire évoluer la compréhension de ce qu'est une agression sexuelle, a-t-il soutenu. Un viol est un viol, qu'il soit commis par un inconnu dans une ruelle sombre ou par un partenaire dans une relation intime. C'est un viol même s'il n'y a aucune preuve matérielle et si ça s'est passé il y a très longtemps.

C'est un nouveau contexte pour les survivantes d'agressions sexuelles en Amérique, je crois, et c'est un nouveau jour. C'est un nouveau jour, car Harvey Weinstein a enfin été tenu pour responsable des crimes qu'il a commis.

Cyrus Vance, procureur de Manhattan

L'avocate principale d'Harvey Weinstein s'est dite déçue du verdict et a confirmé que la défense interjetterait appel. Le combat n'est pas terminé, a-t-elle averti. Dans un communiqué, elle et ses collègues ont en outre précisé qu'ils demanderaient que leur client soit amené à l'unité des soins infirmiers de la prison de Rikers Island, à New York.

Un verdict salué par des victimes et leurs défenderesses

L'avocate de Miriam Haley, Gloria Alred, spécialisée notamment dans les causes d'agressions sexuelles, s'est réjouie du verdict. Les choses aux États-Unis ne pourront plus continuer comme si de rien n'était, a-t-elle dit aux reporters. C'est l'époque de la prise de pouvoir des femmes. Et vous ne pouvez plus les intimider. Les femmes ne seront pas réduites au silence.

Les actrices Ashley Judd et Rosanna Arquette, deux des quelque 80 femmes qui ont accusé Weinstein d'actes allant du harcèlement à des viols, ont toutes les deux remercié les femmes qui ont témoigné.

Nous allons changer les lois à l'avenir pour que les victimes de viol soient entendues et non discréditées et pour qu'il soit plus facile pour les gens de signaler les viols dont ils sont victimes, a affirmé Mme Arquette, dénonçant les sales tactiques de la défense.

Cette cause montre que la violence sexuelle se nourrit de pouvoir et de privilèges sans surveillance, a réagi par communiqué la fondatrice du mouvement #MoiAussi (#MeToo), Tarana Burke, rappelant que ce type de comportement touchait des femmes de toutes les sphères de la société.

Harvey Weinstein a opéré en toute impunité et sans remords pendant des décennies à Hollywood. Pourtant, il a fallu des années et des millions de voix qui se sont élevées pour qu'un homme soit tenu responsable par la justice.

Tara Burke, fondatrice du mouvement #MoiAussi

Et, bien qu'aujourd'hui un homme ait été déclaré coupable, nous devons nous demander si quelqu'un se souciera du reste d'entre nous demain. C'est pourquoi nous disons "Moi Aussi", a-t-elle ajouté.

Ce sont les dénonciations à l'endroit d'Harvey Weinstein qui avaient donné naissance à ce mouvement mondial visant à libérer la parole des femmes victimes de telles agressions, souvent commises par des hommes de pouvoir.

Dans un communiqué, le groupe The Silence Breakers, qui représente des femmes ayant rompu le silence sur des agressions et du harcèlement sexuels présumés, dont des accusatrices d'Harvey Weinstein, a remercié les femmes courageuses qui ont pris la parole pour mener à cette condamnation.

Le verdict rendu par les procureurs de New York fait suite à des semaines de témoignages souvent déchirants et détaillés d'une série d'accusatrices qui ont parlé de viols, de relations sexuelles orales forcées, d'attouchements, de masturbation, de propositions obscènes.

Bien qu'il n'ait pas voulu témoigner au cours de son procès, par le passé, Weinstein aurait justifié ses gestes en disant aux femmes qu'à Hollywood, c'est comme ça qu'on fait avancer sa carrière.

Les accusations avaient été déposées en 2017 après des années de rumeurs dans les coulisses de l'industrie.

D'autres accusations à Los Angeles

L'ex-producteur n'est pas au bout de ses peines, puisque les procureurs de Los Angeles l'ont accusé formellement de crimes sexuels en janvier dernier.

Harvey Weinstein y est accusé d'avoir violé une femme en 2013 et d'en avoir agressé sexuellement une autre à la même période.

Selon le Washington Post, il fait toujours l'objet d'enquêtes à Londres et à Dublin.

Le mois dernier, il a conclu une entente totalisant 25 millions de dollars américains avec plusieurs de ses accusatrices.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Justice

International