•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le groupe Gratuivores du Saguenay forcé de revoir son fonctionnement

Un homme tient le couvercle d'un conteneur pendant qu'un autre sort.

Deux membres des Gratuivores vont chercher des denrées dans un conteneur.

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec a rappelé le groupe Gratuivores du Saguenay à l’ordre. Il a exigé qu’il cesse de ramasser des denrées dans les poubelles pour ensuite pouvoir les redistribuer.

Le fondateur du regroupement, Charles-Olivier Bolduc, soutient qu’il s’est fait expliquer par du personnel du ministère qu’il est rigoureusement interdit de vendre de la nourriture périmée, d’en donner ou d’en recevoir.

M. Bolduc explique qu’il était donc devenu impératif pour le groupe Gratuivores du Saguenay d’arrêter le ''déchétarisme''.

Pour le MAPAQ, à partir du moment où des aliments sont allés dans une poubelle, ils ne sont plus bons, mentionne-t-il. 

La porte d'entrée du local des Gratuivores

Le local des Gratuivores à Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Charles-Olivier Bolduc rappelle qu’auparavant, des membres de son regroupement allaient chercher des denrées dans différents conteneurs à Chicoutimi et à Jonquière.

Ils apportaient les aliments au local. Ils les laissaient dans des glacières. Ensuite, tout ça était trié et les gens venaient se servir en retour de contributions volontaires, souligne-t-il.

M. Bolduc précise que désormais, le groupe Gratuivores du Saguenay se contente de recueillir des denrées invendues dans certains commerces.

Selon lui, en misant sur cette façon de faire, le regroupement a moins d'aliments que par le passé.

Par contre, ajoute-t-il, il ne s’attire plus les foudres du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !