•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Geneviève Pettersen satisfaite de son passage à la Berlinale

L'écrivaine Geneviève Pettersen regarde directement la caméra.

Geneviève Pettersen avait les nerfs à vif avant la projection du film « La Déesse des mouches à feu ».

Photo : Le Quartanier/Christian Blais

Radio-Canada

L’écrivaine Geneviève Pettersen dresse un bilan positif de la première mondiale du film inspiré de son roman « La Déesse des mouches à feu ». Le long-métrage éponyme réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette a été présenté dans le cadre de la Berlinale, en Allemagne, samedi soir.

Mme Pettersen soutient que l’expérience a certes été enrichissante, mais aussi hautement angoissante.

Je ne me rappelle plus tellement du tapis rouge. J’étais tellement stressée. J’avais vraiment hâte de voir si les gens allaient apprécier l’histoire. Si je disais que j’en garde un souvenir impérissable, ce serait de mentir.

Geneviève Pettersen, écrivaine

Elle ajoute que sa nervosité n’était pas étrangère au fait que l’histoire de « La Déesse des mouches à feu » est loin d’être purement fictive.

Mme Pettersen rappelle que le livre et, par la force des choses, le film sont largement inspirés de [s]on adolescence à Chicoutimi.

Fait à noter : elle précise qu’à l’époque, elle rêvait déjà de se rendre en Allemagne.

C’était incroyable. Le rêve de Catherine, le personnage de « La Déesse des mouches à feu », c’est d’aller à Berlin comme son héroïne, Christiane F. [l’écrivaine Christiane Felscherinow, NDLR]. C’était le mien aussi, je dois dire, quand j’étais adolescente. J’étais totalement obsédée par la figure de Christiane F. et par cette ville. Alors, le fait que le film soit présenté à la Berlinale comme ça, je trouvais que c’était une métaphore splendide.

Geneviève Pettersen, écrivaine

À consulter aussi :

« La Déesse des mouches à feu » : un film criant de vérité

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !