•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants bloquent la rue Wellington en solidarité avec les Wet'suwet'en

Des centaines de personnes ont manifesté dans les rues de la capitale, lundi

Des manifestants tiennent une grande banderole au milieu de la rue Wellington. Il fait nuit.

Des dizaines de manifestants sont restés sur la rue Wellington jusqu'en soirée, lundi. Ils apportaient leur soutien aux chefs héréditaires Wet’suwet’en.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Frédéric Pepin

Après avoir marché dans les rues de la capitale lundi après-midi, un groupe de manifestants s'est installé sur la rue Wellington une bonne partie de la soirée. La circulation sur l'artère a été perturbée.

Sur sa page Facebook, le groupe Indigenous Solidarity Ottawa a invité les membres de la population à se mobiliser comme jamais pour démontrer leur appui aux chefs héréditaires Wet’suwet’en de la Colombie-Britannique.

Des manifestants marchent sur la rue.

Les manifestants en appui aux chefs héréditaires wet’suwet’en au centre-ville d’Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Des centaines de manifestants se sont rassemblés à l'intersection des rues Metcalfe et Wellington en matinée, avant de marcher jusqu'à la Cour suprême, puis d'investir les rues du centre-ville.

Le groupe de manifestants s'est ensuite réinstallé sur la rue Wellington, où il a bloqué la circulation tout l'après-midi et une bonne partie de la soirée.

Une manifestante colorie une affiche sur laquelle on peut lire « Wet'suwet'en Strong ».

Quatre manifestations en soutien aux chefs héréditaires wet'suwet'en ont eu lieu à Ottawa dans les dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Des manifestants s'expliquent

Je pense que le gouvernement du Canada, avec la Loi sur les Indiens, est un gouvernement colonial dans sa pratique, dans sa façon de faire. C’est notre apartheid à nous, [les autochtones] vivent dans des conditions tierces mondiales [sic], a souligné un participant à la marche, Alexandre Deschènes.

Un homme masqué tient un drapeau mohawk.

Un manifestant qui s’apprête à manifester en appui aux chefs héréditaires wet’suwet’en tient un drapeau mohawk.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Selon un autre manifestant, l'enjeu en est devenu un sur l'identité. C’est rendu des privilèges par-dessus des droits, je suis ici en soutien, pour protéger ce qui d'après moi est souverain, et ce sont les Premières Nations, a affirmé Jean-François Nault.

Je veux montrer ma solidarité, et envoyer un message aux politiciens. Étant Micmac moi-même, je connais [le fait de] perdre nos territoires, perdre notre souveraineté pour les minières et la foresterie. Nos institutions traditionnelles continuent à se battre pour nos droits et pour notre souveraineté.

Nicholas Lucas-Rancourt, manifestant micmac

C'est la quatrième manifestation en autant de semaines au centre-ville d'Ottawa liée aux revendications des chefs héréditaires wet'suwet'en, qui réclament le retrait de la GRC de leur territoire ancestral ainsi que la fermeture du chantier de construction du gazoduc Coastal GasLink.

La police « voulait éviter une crise »

Tout au long de la journée, le Service de police d'Ottawa (SPO) était prêt à réagir et avait prévu un nombre important de policiers sur la colline du Parlement pour cette journée.

Les policiers forment une file sur la rue Wellington.

Les policiers forment une file sur la rue Wellington à l'arrivée du groupe de manifestants.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Des agents du Service de protection parlementaire et de la Gendarmerie royale du Canada étaient également déployés.

Il y a eu une communication continue tout au long de la journée avec nos partenaires et avec les organisateurs, a indiqué la porte-parole du SPO, Amy Gagnon. On a pu déplacer nos policiers au fur et à mesure que les manifestants se déplaçaient.

Déviations de circuits

Lundi après-midi, certains trajets d'autobus de la STO et d'OC Transpo ont été déviés. Les véhicules ne pouvaient pas circuler entre les rues Elgin et Lyon et devaient se rabattre sur la rue Albert.

La situation est revenue à la normale vers 20 h lundi, après le départ des derniers manifestants.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale