•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wall Street : le coronavirus fait plonger la Bourse

Les bourses mondiales et le prix du pétrole ont chuté fortement lundi sous l'effet de l'accélération de la propagation du coronavirus en dehors de la Chine.

Gros plan sur le courtier qui semble inquiet.

Un courtier spécialisé travaille à son poste à la Bourse de New York, où les principaux indices ont subi une baisse importante, lundi.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Radio-Canada

Les bourses nord-américaines ont enregistré de lourdes pertes, lundi, dans la foulée d'importantes baisses enregistrées sur les marchés boursiers européens et asiatiques.

Les principaux indices boursiers de Wall Street ont connu leur pire journée en plus de deux ans, avec une baisse de plus de 3 %.

Le Dow Jones a clôturé en baisse de 3,6 %, le S&P 500 a perdu 3,4 %, tandis que le NASDAQ a chuté de 3,7 %.

À Toronto, l'indice TSX a pour sa part subi une baisse de plus de 280 points, soit 1,6 %.

La multiplication de nouveaux cas de COVID-19 hors de Chine, notamment en Corée du Sud, en Iran et au Moyen-Orient ainsi qu'en Italie, où une septième personne est morte selon la presse, amène les investisseurs à se replier vers les actifs moins risqués.

Profitant de son statut de valeur refuge, l'or a atteint son prix le plus élevé en sept ans en cours de séance.

Aux États-Unis, l'inversion de la courbe des taux des rendements obligataires entre le trois mois et le dix ans se creuse. Cette inversion est souvent considérée par les investisseurs comme un signe annonciateur de récession.

En Bourse, le titre d'Apple a chuté de plus de 4 % pour atteindre son niveau le plus bas en plus d'un mois.

Les ventes de téléphones dits intelligents en Chine ont baissé de plus d'un tiers en janvier, montrent les chiffres officiels du gouvernement, signe que l'épidémie de coronavirus nuit à la demande des consommateurs.

Les fabricants de semi-conducteurs, très exposés à la Chine, sont aussi en baisse. Cela inclut Broadcom, Intel, Qualcomm , Broadcom, Nvidia, Micron Technology et Advanced Micro Devices.

Les cours du pétrole brut se sont aussi enfoncés lundi, entraînant notamment les titres d'Exxon Mobil et Chevron dans ce sillage.

Cette forte baisse des cours met fin à la progression du Brent et du WTI, qui était de l'ordre de 2 % la semaine dernière et de respectivement 10 % et 8 % depuis une reprise amorcée le 10 février.

Partout ailleurs aussi

Les bourses mondiales ont également cédé à la panique lundi face à l'accélération de la propagation de l'épidémie de pneumonie virale au-delà de la Chine.

Plombée par la progression du coronavirus dans le nord de l'Italie, la Bourse de Milan a terminé sa journée par un plongeon de 5,43 %, sa pire perte depuis mai 2018.

Les pertes sont lourdes ailleurs en Europe, que ce soit à Paris (-3,95 %), Francfort (-4,01 %) ou Londres (-3,34 %). L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro a reculé de 4 %.

En Asie, les bourses chinoises ont terminé la séance de lundi en ordre dispersé, Hong Kong et Shanghai finissant dans le rouge tandis que la Bourse de Shenzhen a clôturé très légèrement dans le vert.

Coté statistiques, toutes précisions concernant les prochaines publications économiques chinoises seront analysées de près, tout comme les chiffres du produit intérieur brut en Allemagne mardi et celui des États-Unis jeudi ou encore la confiance des consommateurs de la première économie mondiale mardi.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !