•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier train passe par Tyendinaga après l’intervention policière

Une policière marche sur les rails après l'intervention policière.

Les policiers ont mis fin lundi matin à l’occupation autour de la voie ferrée.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Radio-Canada

Un premier train du Canadien National (CN) est passé lundi soir sur la voie ferrée à Tyendinaga, dans le cadre des inspections menées par la compagnie ferroviaire en prévision de la reprise du service.

La voie est actuellement sous inspection pour assurer la sécurité du public et de nos employés, avait précisé en après-midi dans un courriel Jonathan Abecassisa, un porte-parole du CN.

Quelques minutes après le passage du train, des manifestants se sont rassemblés au deuxième campement près des rails, ont jeté un pneu sur la voie ferrée et l'ont incendié.

Un pneu incendié sur une voie de chemin de fer.

Un pneu jeté sur les rails du CN a été incendié en début de soirée lundi au deuxième campement de protestation à Tyendinaga, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Olivia Stefanovich

En matinée, dix manifestants ont été arrêtés par la Police provinciale de l’Ontario (PPO). Les Mohawks bloquaient la voie ferrée depuis le 6 février.

Dans un message sur Twitter en fin d'après-midi, la PPO a précisé qu'ils font face à différents chefs d'accusation et qu'ils ont tous été libérés sous conditions.

Les manifestants avaient le choix de quitter les lieux ou d’être arrêtés, écrit la PPO.

Des policiers alignés à un passage à niveau à Tyendinaga

La police est arrivée à la barricade de Tyendinaga lundi matin.

Photo : Reuters / Chris Helgren

Le camp a été démonté et de nombreux policiers étaient toujours sur place en fin de journée.

Une vingtaine de manifestants étaient tenus à l'écart de la voie ferrée.

Andrew Brant, qui participe à l'occupation depuis le début, a dit que les manifestants resteront aussi longtemps que possible.

Andrew Brant en entrevue devant une route barrée par des manifestants.

Andrew Brant est arrivé au camp dès le premier jour.

Photo : CBC

Vous ne pouvez nous donner un ultimatum et nous dire de quitter un lieu, alors que nous nous y trouvons depuis des siècles et qu'il nous a été donné par la reine, a-t-il affirmé.

La réconciliation ne se fait pas à la pointe du fusil.

Andrew Brant

En début d'après-midi, deux grosses dépanneuses industrielles ont délogé du lieu un camion chasse-neige.

La levée des barricades partout au pays suscite la colère chez les manifestants délogés

L'intervention policière matinale est survenue après que les manifestants eurent ignoré un ultimatum donné par la PPO et le CN, qui demandaient au groupe mohawk de démanteler la barricade avant minuit lundi.

Une quinzaine de VUS remplis de policiers sont arrivés sur place vers 8 h 10 lundi, tenant les journalistes à l'écart.

Des policiers accompagnent un homme menotté.

La PPO a arrêté des 10 manifestants.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Partez de notre territoire, ont crié aux policiers certains protestataires.

Les manifestants montrent du doigt le premier ministre Justin Trudeau et son ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller.

Il semble que ce recours inutile à la force ait été coordonné par le gouvernement fédéral pour sauver la face, alors qu'une résolution pacifique était en train d'être négociée.

Communiqué des manifestants

Les manifestants affirment qu'ils se battent pour les « droits de la personne, la terre et l'eau ».

Carte indiquant le lieu du blocage ferroviaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La barricade était située près de Marysville, entre Belleville et Kingston.

Photo : Radio-Canada

La PPO défend son intervention en affirmant que, malgré son « respect » pour le « dialogue », le service policier « note les impacts sociétaux plus larges de cette manifestation prolongée ». Selon le corps policier, il y avait un « risque accru pour la sécurité publique près des sites de protestation ».

Malheureusement, toutes les tentatives pour négocier avec succès une résolution pacifique ont été épuisées, alors qu'une injonction valide du tribunal reste en vigueur.

Police provinciale de l'Ontario

Pour sa part, le ministre ontarien des Affaires autochtones, Greg Rickford, affirme que le gouvernement a « continué d'être patient » au cours des dernières semaines et a privilégié le dialogue avec les communautés autochtones, pressant Ottawa d'établir un plan pour résoudre le conflit pacifiquement.

2e campement

Par ailleurs, des protestataires ont mis le feu, lundi matin, à un amoncellement de pneus près d'un second campement situé à quelques kilomètres du premier, le long des rails.

Avant l'opération policière, les manifestants affirmaient qu'ils étaient toujours en négociation avec le fédéral et la PPO. Nous demandons à la PPO (Police provinciale de l'Ontario) de ne pas utiliser la force et de permettre une résolution pacifique, indiquait un communiqué des manifestants.

Nous, les Mohawks de Tyendinaga, avons toujours voulu et continuons de vouloir discuter d'une résolution, disait leur communiqué.

Les manifestants affirmaient qu'ils n'étaient pas en violation de l'injonction obtenue par le CN, parce que leur barricade était en territoire mohawk et était située à côté des rails et « n'obstrue pas » la voie ferrée.

Ultimatum ignoré

Dimanche, la PPO et le CN avaient prévenu les manifestants qu'ils pourraient faire l’objet d’une enquête policière et d’un dépôt d’accusations, s'ils ne quittaient pas les lieux avant minuit.

Des manifestants se tiennent en ligne avec un drapeau mohawk.

Les manifestants ont ignoré l'ultimatum de la police et du CN.

Photo : Radio-Canada

Après l’heure limite imposée par le CN et la police, un feu brûlait toujours et de puissantes lumières éclairaient les drapeaux autochtones installés au milieu du campement et des manifestants.

C’est au son de la chanson Smells Like Teen Spirit, de Nirvana, que les manifestants ont célébré tôt lundi matin le début de leur 19e journée d’occupation de la voie ferrée près de Belleville.

La condition posée par les Mohawks de Tyendinaga pour lever la barricade était toujours la même : si les autorités veulent qu'ils cessent le blocage, la GRC doit quitter les terres ancestrales de la nation wet'suwet'en.

Les manifestants ont formé leur barricade le 6 février en soutien à des chefs héréditaires wet'suwet'en et contre la construction du gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique. De nombreux chefs héréditaires des Wet'suwet'en sont opposés au gazoduc, parce qu'il traverserait leur territoire.

Réunion d'urgence à Ottawa

Le premier ministre Justin Trudeau a réuni d'urgence lundi matin le Groupe d’intervention en cas d’incident, qui inclut entre autres ses ministres de la Sécurité publique, Bill Blair, des Transports, Marc Garneau, et des Services aux Autochtones, Marc Miller.

Le gouvernement du Canada reste déterminé à trouver une solution pacifique et durable visant à mettre fin aux blocages d'une telle façon que la primauté du droit soit protégée et que la confiance et le respect entre toutes les parties concernées soient renforcés.

Communiqué du Cabinet du premier ministre

Le ministre Blair a affirmé lundi que les « barricades sont intenables » et « doivent être démantelées ». Il a ajouté qu'Ottawa continuait à croire à la « réconciliation » et aux discussions de « nation à nation ».

Vendredi dernier, M. Trudeau avait affirmé que les blocages qui paralysent le transport ferroviaire devaient cesser immédiatement. Il a déclaré que la balle pour résoudre la crise était maintenant dans le camp des chefs héréditaires wet'suwet'en.

Dimanche, des ministres fédéraux avaient affirmé qu’Ottawa était toujours disposé à discuter avec les leaders autochtones afin de mettre un terme à la crise.

[Ottawa] tente de jouer sur les deux échiquiers en ce moment, notait, avant l'opération policière à Tyendinaga, la politologue Stéphanie Chouinard, professeure au Collège militaire royal de Kingston.

Des mises à pied

Avec plus de 400 trains annulés, le CN a dû effectuer 450 mises à pied dans l’est du pays, à la suite du blocage à Tyendinaga.

VIA Rail a aussi annoncé devoir mettre à pied près de 1000 de ses employés temporairement.

Dans un communiqué, VIA Rail a annoncé qu’elle reprendra son service sur toutes les routes entre Québec, Montréal et Ottawa à partir de lundi.

Les trains 26 et 28, qui desservent Ottawa et Québec, sont en service depuis dimanche.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette et Rozenn Nicolle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Société