•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sables bitumineux : Teck Resources abandonne le projet de mine Frontier en Alberta

Vue aérienne d'un champ d'exploitation de sables bitumineux aux environs de Fort McMurray, en Alberta, le 10 juillet 2012.

Le projet de mine Frontier avait reçu l'appui de deux Premières Nations dimanche matin.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

L’entreprise vancouvéroise Teck Resources annonce qu’elle laisse tomber son mégaprojet d’exploitation des sables bitumineux Frontier, dans le nord de l’Alberta.

Dans une lettre envoyée dimanche au ministre fédéral de l'Environnement, Jonathan Wilkinson, l'entreprise annonce « après mûre réflexion » qu'elle a pris la décision de retirer son projet du processus d'autorisation fédéral.

Le mégaprojet de 20 milliards de dollars devait permettre d’extraire 260 000 barils de pétrole par jour, pendant 41 ans, et devait entrer en service en 2026. Le projet devait générer des retombées économiques de 70 milliards de dollars pour les trois ordres de gouvernement, en plus de créer 7000 emplois pendant la construction et 2500 par la suite lors du fonctionnement du projet.

En renonçant à ce projet, Teck Resources estime qu'elle va absorber une perte de 1,13 milliard de dollars avec le projet Frontier.

Dans sa longue missive, le président de Teck Resources Don Lindsay évoque le contexte social qui prévaut au Canada.

Nous ne nous contentons pas de fuir la controverse. La nature de notre activité dicte qu'une minorité bruyante s'opposera presque inévitablement à des développements spécifiques. Nous sommes prêts à faire face à ce genre d'opposition. Frontier, cependant, est apparue dans un débat plus large à propos des changements climatiques et du rôle que le Canada doit jouer pour y faire face. Nous espérons que le fait de se retirer du processus permettra aux Canadiens de passer à une discussion plus large et plus positive sur la voie à suivre. En fin de compte, cela devrait avoir lieu sans qu'une échéance réglementaire ne soit imminente.

Rappelons que le premier ministre du Canada Justin Trudeau et son cabinet devaient décider du sort du mégaprojet d'ici le 28 février.

Évoquant le vaste potentiel canadien en matière de ressources naturelles, Don Lindsay prévient les gouvernements que les investissements risquent de se faire rares si le Canada n'en vient pas à une position claire par rapport à son développement économique.

Le potentiel du Canada ne se réalisera pas tant que les gouvernements ne seront pas parvenus à une entente sur la manière de traiter les politiques climatiques dans un contexte d’exploitation responsable de l'énergie. Sans clarté sur cet enjeu crucial, la situation à laquelle Frontier a été confrontée demeurera et il sera très difficile d'attirer de futurs investissements, qu'ils soient nationaux ou étrangers.

Don Lindsay

Les ministres des Ressources naturelles ainsi que de l'Environnement et des Changements climatiques du gouvernement fédéral, Seamus O'Regan et Jonathan Wilkinson, ont réagi en fin de soirée dimanche. Nous sommes du même avis que l’entreprise Teck et d’importants groupes de l’industrie : tous les ordres de gouvernement ont besoin d’un vrai plan pour lutter dès maintenant contre les changements climatiques et pour passer à une économie carboneutre d’ici 2050, ont indiqué les ministres dans un communiqué.

Ils ont ajouté qu'ils reconnaissaient le travail de calibre mondial réalisé par Teck Resources dans le cadre de ce projet, y compris les efforts déployés pour consulter les collectivités autochtones tout au long du processus. Les promoteurs devraient s’inspirer de son modèle pour les projets à venir, ont-ils ajouté.

Le premier ministre albertain Jason Kenney

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney

Photo : La Presse canadienne / AMBER BRACKEN

Jason Kenney est déçu, mais pas surpris de la décision de Teck Resources

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, s'est dit grandement déçu de la décision de l'entreprise, mais pas surpris à la lumière des événements survenus au cours des dernières semaines.

C'est ce qui arrive quand un gouvernement manque de courage pour défendre les intérêts des Canadiens face à une minorité de militants. Le moment de l'annonce de cette décision n'est pas une coïncidence. C'était un projet viable économiquement, comme l'entreprise l'a confirmé cette semaine et pour lequel elle plaidait, donc quelque chose a clairement changé très récemment, a soutenu le premier ministre de l'Alberta.

Jason Kenney a ajouté que l'indécision fédérale à propos du processus d'approbation réglementaire et l'inaction du fédéral à l'égard des blocages ferroviaires dans la foulée de la mobilisation contre le projet de gazoduc Coastal GasLink ont créé de l'incertitude pour les investisseurs qui souhaitent investir au pays.

La situation difficile de Teck montre que même lorsqu'une entreprise dépense plus d'un milliard de dollars sur une décennie pour satisfaire toutes les exigences réglementaires, un processus réglementaire qui valorise la politique au détriment des preuves et de l'érosion de la règle de droit sera fatal à la confiance des investisseurs.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Justin Trudeau et Jason Kenney se sont entretenus dimanche relativement à la décision annoncée par Teck Resources. Dans une déclaration diffusée par le bureau du premier ministre Trudeau, les deux élus se sont entendus pour dire que le secteur des ressources naturelles du Canada revêt une grande importance pour notre économie. Ils ont discuté de leur détermination à exploiter nos ressources naturelles de manière durable et à créer des emplois.

Une nouvelle dévastatrice pour l'Alberta et l'ensemble du pays, a réagi le chef conservateur Andrew Scheer. Trudeau fera ce qu'il fait toujours : blâmer tout le monde sauf lui. Ce projet était sur son bureau depuis juillet dernier! La mort par retard est une tactique de Trudeau et ses alliés anti-énergie utilisent depuis des années, a-t-il commenté sur Twitter.

Les habitants de l'Alberta ont tellement souffert, a ajouté Andrew Scheer. Tout ce qu'ils veulent, c'est que le gouvernement libéral arrête de tuer des projets qui leur permettent de faire ce qu'ils font le mieux.

L'abandon du projet survient malgré l'annonce d'une entente visant à atténuer les effets culturels et environnementaux de la mine entre la Première Nation Chipewyanne d’Athabasca, la Première Nation crie Mikisew et le gouvernement de l’Alberta dimanche matin.

Le président de la Nation métisse de Fort McKay, Ron Quintal, soutient que la décision de Teck Resources est compréhensible, même si elle est dévastatrice.

Le traitement politique que ce projet a reçu est tout simplement déplorable. Cette décision est préjudiciable aux économies de l'Alberta et du Canada, ainsi qu'aux économies des peuples autochtones situés près du projet, qui auraient bénéficié d'énormes avantages à long terme et de bénéfices durables.

Ron Quintal, président de la Nation métisse de Fort McKay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !