•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tyendinaga : la barricade ne bouge pas, malgré l'ultimatum des autorités

Des manifestants bloquent une voie ferrée.

Des manifestants bloquaient toujours les rails du CN qui passent dans le territoire mohawk de Tyendinaga, en Ontario, en fin de soirée dimanche.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

La Police provinciale de l'Ontario (OPP) a donné un ultimatum aux manifestants qui bloquent la voie ferroviaire qui traverse le territoire mohawk de Tyendinaga de quitter les lieux avant 23 h 59, dimanche soir, mais la barricade n'a pas encore bougé.

La PPO et l'entreprise de transport ferroviaire Canadien National (CN) ont informé les manifestants qu'ils pourraient être arrêtés et faire face à des accusations s'ils n'obtempéraient pas à l'ordre de démantèlement.

La PPO a livré ce message aux manifestants dimanche lors d'une rencontre en fin d'après-midi entre les leaders du campement et des agents de liaison.

Questionné sur ses intentions à la suite de la mise en ligne d'une vidéo de cette rencontre par la communauté Mohawk de Tyendinaga, le CN a référé toute question à la PPO.

La PPO, quant à elle, n'a pas répondu aux demandes d'entrevue de CBC.

Des Mohawks de Tyendinaga ont établi deux camps le long des lignes ferroviaires du CN, interrompant le trafic des trains de passagers et de marchandises.

Les manifestations ont commencé le 6 février en soutien aux chefs héréditaires Wet'suwet'en et contre la construction du gazoduc Coastal GasLink en Colombie-Britannique. Les chefs héréditaires des Wet'suwet'en sont opposés au gazoduc parce qu'il serait construit à travers leur territoire.

Les Mohawks de Tyendinaga ont déclaré qu'ils resteraient près du chemin de fer jusqu'à ce que la Gendarmerie royale du Canada se retire du territoire des Wet'suwet'en.

D'importantes conséquences économiques depuis le début des blocages ferroviaires

Avec plus de 400 trains annulés, le CN a dû effectuer 450 mises à pied dans l’est du pays.

VIA Rail a aussi annoncé devoir mettre à pied près de 1000 de ses employés. À compter du 22 février, 723 trains ont été annulés en raison des blocus et le nombre total de passagers affectés est de plus de 127 000, selon la compagnie.

Le ministre des Services aux Autochtones Marc Miller avait rencontré les Mohawks de Tyendinaga le 15 février pendant plus de 10 heures, et avait rapporté de modestes progrèslors de cette longue discussion.

Par la suite, les chefs héréditaires de la Colombie-Britannique avaient visité la réserve mohawk de Tyendinaga pour remercier les manifestants. Les chefs héréditaires y ont réitéré leurs demandes, notamment le retrait de la Gendarmerie royale du Canada de leur territoire et l'arrêt de la construction du gazoduc Coastal GasLink.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Société