•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francophonie : Radio-Canada peut faire mieux, estime la Société nationale de l’Acadie

L'enseigne de l'édifice de Radio-Canada.

La station Radio-Canada Acadie, à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Radio-Canada est essentiel, mais ne répond pas adéquatement aux attentes des francophones hors Québec.

C'est la position de la Société nationale de l'Acadie (SNA), qui vient de rendre public son mémoire sur le renouvellement de la licence de Radio-Canada.

Dans sa fonction régionale, on trouve que Radio-Canada nous rend de fiers services. Par contre, Radio-Canada, sur le plan de ses plateformes nationales, ne fait pas beaucoup de place aux francophones hors Québec, et aux Acadiens, notamment, dit la directrice de la SNA, Louise Imbeault. 

Il faut que la Société Radio-Canada reflète l'ensemble des populations francophones du Canada.

Louise Imbeault, Société nationale de l'Acadie

La semaine dernière, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), Jean Johnson, a dénoncé une surreprésentation du Québec dans les contenus nationaux de Radio-Canada.

L’appui du FCFA au renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada est accompagné de conditions, indiquait l’organisme.

Pour ce qui est de la couverture régionale en Acadie, il importe de sortir du Nouveau-Brunswick, avance la SNA.

Peut-être qu'on ne s'en rend pas toujours compte, mais il semble [que] par rapport aux francophones de Terre-Neuve-et-Labrador, ou de la Nouvelle-Écosse, ou de l'Île-du-Prince-Édouard, qu'il ait un peu un décalage entre la place qui est donnée au Nouveau-Brunswick et la place qui est donnée aux autres provinces, dit Louise Imbeault.

Louise Imbeault prononce une allocution.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l'Acadie, à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, le 28 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Je n’ai pas vu d'études à ce sujet, je pense qu'il vaudrait la peine de documenter, mais il y a cette perception-là qui existe, poursuit-elle.

Du moment qu'il y a une perception, il faut travailler à la corriger, affirme la présidente de la SNA.

La Société nationale de l’Acadie souhaite par ailleurs que plus d'investissements soient faits dans les stations régionales et qu'une plus grande diversité d'accents francophones soit entendue à la radio et la télévision nationale.

Radio-Canada n'a pas voulu commenter le mémoire avant la tenue des audiences publiques du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sur le renouvellement des licences de CBC et Radio-Canada.

D’après le reportage de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !