•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des menaces contre des écoles de l'Î.-P.-É. jugées « non crédibles » par la police

Deux policiers en uniforme et la ministre adjointe assis à une table en conférence de presse.

De gauche à droite : Tim Keizer de la police de Charlottetown, Kevin Baillie de la GRC de l’Î.-P.-É. et Bethany MacLeod, ministre adjointe de l'Éducation, en conférence de presse, le 23 février 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les autorités à l'Île-du-Prince-Édouard ont convoqué une conférence de presse inhabituelle en début de soirée, dimanche, pour informer la population de menaces contre les écoles de la province. Ces menaces ne sont pas crédibles, ont conclu les enquêteurs.

Les écoles seront ouvertes lundi.

Nous respectons le droit des parents d'être informés de menaces potentielles à la sécurité des élèves. Nous croyons important de diffuser l'information pour aider les parents à décider s'ils veulent envoyer ou non leurs enfants à l'école demain [lundi], a indiqué Bethany MacLeod, ministre adjointe de l'Éducation.

Les écoles sont sans danger, a dit Mme MacLeod.

Le sergent Kevin Baillie de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à l’Île-du-Prince-Édouard a expliqué que le corps policier avait reçu une information indiquant qu'un suspect avait manifesté l'intention de se présenter dans une école de la province avec une arme à feu.

Cette information a été relayée à la GRC en fin d'après-midi vendredi, dit le corps policier.

Après une enquête, rien n'a permis aux forces policières de conclure qu'il y avait un danger. Nous n’avons découvert aucune information laissant croire que cette menace était crédible, a déclaré dimanche le sergent Baillie.

Les menaces anonymes n'étaient pas dirigées envers une école, un endroit ou un individu en particulier, indique la police.

Les autorités refusent de préciser la manière exacte dont ces menaces ont été proférées, pour ne pas donner d’idées à des personnes mal intentionnées, prétexte le policier Kevin Baillie.

Le responsable de ces menaces n'a pas été identifié, mais il ne s'agit pas de la personne ayant alerté les forces de l'ordre, selon la police.

Le sergent Kevin Baillie avance qu’il pourrait s’agir d’un individu mécontent ayant émis certains commentaires, et qu’une personne aurait entendu ces propos et se serait inquiétée au point de communiquer avec la police.

L'enquête menée ces derniers jours a pu alarmer des citoyens, a indiqué le sergent Baillie, ce qui est une des raisons justifiant la communication de cette information au public dimanche. Parfois, lorsque les policiers commencent à poser des questions, les rumeurs qui circulent sont bien pires que ce qui se passe en réalité, a-t-il dit.

Expliquant les raisons de cette conférence de presse exceptionnelle, la ministre adjointe Bethany MacLeod a également évoqué le désir du gouvernement de faire taire les fausses rumeurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Éducation