•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maine : Hydro-Québec passe à l’offensive à coups de centaines de milliers de dollars

Bureaux de la Central Maine Power.

La société Central Maine Power (CMP) et Hydro-Québec veulent travailler en étroite collaboration pour la création d'une nouvelle ligne à haute tension dans le Maine.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Hugo Lavallée

Confrontée à une opposition grandissante sur le terrain, Hydro-Québec a choisi de contre-attaquer. La société d’État, qui veut construire avec son partenaire Central Maine Power (CMP) une nouvelle ligne à haute tension à travers le Maine, déploiera dès cette semaine une première série de publicités dans les journaux, sur le web et à la radio afin de convaincre la population locale des bienfaits du projet.

La campagne de publicité vise à mieux faire connaître l’entreprise québécoise auprès des Américains.

Jusqu’ici, le débat dans les médias en Nouvelle-Angleterre a surtout porté sur les conséquences qu’entraînera la construction de la nouvelle ligne de transport, sans aborder les bénéfices environnementaux du projet, déplore la porte-parole d’Hydro-Québec, Lynn St-Laurent. Les Québécois, on connaît très bien les vertus de l’hydroélectricité, mais on se rend compte qu’au Maine, c’est important d’en parler, dit-elle.

Sous le thème Side by Side (côte à côte), la campagne met l’accent sur les similarités qui unissent le Québec et le Maine : une géographie commune faite de lacs, de montagnes et de forêts et un attachement à la préservation de la nature.

Dans une publicité à être diffusée sur les ondes radiophoniques, une femme du Québec et un homme du Maine expliquent en quoi les deux voisins partagent les mêmes objectifs, comme la préservation d’un air sain et la promotion des énergies renouvelables. Le message se conclut par un appel à découvrir les bienfaits de l’hydroélectricité.

Dans le même esprit, une bannière destinée aux plateformes numériques fait apparaître deux enfants dans deux décors différents, unis sous la mention côte à côte pour les prochaines générations, inscrite en anglais.

Ça met en lumière les valeurs communes des Québécois et des Mainois, notamment le souci de l’environnement et l’importance de poser des gestes concrets pour le bien-être de nos enfants et des générations futures. On a beaucoup en commun, on est des voisins et c’est une campagne qui nous présente dans cette perspective-là pour engager la conversation.

Lynn St-Laurent, porte-parole d'Hydro-Québec

La campagne durera plusieurs semaines et sera diffusée dans un vaste éventail de médias. Il s’agit d’un premier effort de publicité pour Hydro-Québec qui avait jusqu’ici misé sur les interventions dans les médias sociaux et les campagnes de relations publiques sur le terrain.

Il y aura d’autres initiatives, c’est une approche qui est progressive. […] On veut évaluer et ajuster cette approche-là au fur et à mesure avec la ferme intention d’en faire plus s’il faut en faire plus, affirme la porte-parole.

L’initiative entraînera des dépenses de plusieurs centaines de milliers de dollars, mais la société d’État refuse d’être plus précise.

On ne dévoile pas les montants précis puisque nos opposants sont soutenus par des intérêts gaziers qui ont des moyens financiers importants et, dans ce contexte-là, on ne veut pas dévoiler d’information sensible. Donc, on y va d’une prudence stratégique quant aux détails de l’investissement, fait-on valoir.

La publicité de Central Maine Power

Au cours des derniers mois, le partenaire d’Hydro-Québec, CMP, par l’entremise de son comité d’action politique, a lancé ses propres campagnes de publicité.

Des messages diffusés à la télévision locale mettent l’accent sur la création d’emplois qui découlerait de la construction de la nouvelle ligne à haute tension, tandis qu’un site web cible des environnementalistes, accusés de travailler main dans la main avec des producteurs d’énergie fossile pour faire obstacle au projet.

Hydro-Québec et CMP ont pour objectif d’ériger une nouvelle infrastructure de transport entre Thetford Mines, au Québec, et Lewiston, dans le Maine, afin de permettre à la société d’État d’exporter en Nouvelle-Angleterre 9,45 térawattheures d’énergie par année sur une période de 20 ans.

Les critiques à l’égard du projet se sont toutefois faites nombreuses au Maine durant la dernière année. Au début du mois, un regroupement a déposé auprès du secrétaire de l’État une pétition comptant 75 000 signatures de citoyens réclamant la tenue d’un référendum sur le projet. Une décision est attendue sous peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !