•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale des admissions dans les universités américaines : une Canadienne plaide coupable

Xiaoning Sui marche à l'extérieur.

Xiaoning Sui à sa sortie de la cour fédérale le 21 février à Boston.

Photo : Associated Press / Charles Krupa

Radio-Canada

Une résidente de Colombie-Britannique accusée d’avoir payé 400 000 $ américains pour que son fils soit accepté à l’Université de la Californie (UCLA) a plaidé coupable vendredi.

Xiaoning Sui, une femme de 49 ans qui vit à Surrey, a reconnu sa culpabilité en rapport avec l’accusation de corruption qui pesait contre elle devant la Cour fédérale de Boston.

Les procureurs ont recommandé qu’aucune peine d’emprisonnement supplémentaire ne soit infligée à la mère de famille, qui a été arrêtée en Espagne en septembre et y a été détenue pendant que les autorités américaines l’extradaient.

L’avocat de Xiaoning Sui a expliqué que sa cliente était en vacances lorsqu’elle a été arrêtée et qu’elle ne savait pas qu’elle était recherchée par les États-Unis jusqu’à son arrestation.

Elle a initialement été accusée en mars 2019, mais le document a été déposé sous scellés et n’a été rendu public qu’en septembre.

Selon des documents d’accusation, Xiaoning Sui a donné l’argent à un faux organisme de bienfaisance géré par un consultant des admissions de UCLA dans le cadre d’un stratagème pour faire admettre son fils comme fausse recrue de soccer.

Les procureurs disent que le consultant a travaillé avec une ancienne entraîneuse adjointe de soccer de l’Université de la Californie du Sud pour fabriquer un profil athlétique au fils de Xiaoning Sui en le présentant comme un joueur de haut niveau au Canada, même si ce n’était pas le cas.

UCLA a admis le fils de Xiaoning Sui en tant que joueur de soccer en novembre 2018 et lui a même offert une bourse d’études.

En septembre, l’université a mentionné avoir pris des « mesures correctives immédiates » après avoir pris connaissance de l’affaire.

Le scandale des admissions a impliqué de nombreux parents riches, qui ont été accusés de verser des pots-de-vin pour truquer les résultats scolaires de leur enfant ou les faire admettre comme athlètes recrutés.

Le scandale a touché de nombreuses institutions d’élite, dont les universités Yale, Stanford et Georgetown.

Plus de 50 personnes ont été accusées en rapport avec ce stratagème, dont les comédiennes américaines Felicity Huffman et Lori Loughlin.

Avec les informations d'Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !