•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Frontier : deux Premières Nations s'entendent avec l'Alberta

Une poignée de bitume dans un gant de travail.

Le projet de sables bitumineux Frontier proposé par Teck Resources divise la classe politique canadienne.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Première Nation Chipewyanne d’Athabasca, la Première Nation crie Mikisew et le gouvernement de l’Alberta ont conclu une entente en vue d’atténuer les effets du mégaprojet Frontier, visant à exploiter les sables bitumineux.

Les deux Premières Nations, qui s’inquiétaient des conséquences environnementales de la mine, expriment par le fait même leur appui au projet.

Je suis heureux d'annoncer que nous sommes parvenus à un accord avec le gouvernement de l'Alberta. Après de nombreuses discussions, le gouvernement [...] a répondu à nos préoccupations par un ensemble complet et significatif de mesures à prendre, déclare le chef de l'ACFN, Allan Adam, par communiqué.

Nous félicitons Teck, le Canada et l'Alberta, qui ont travaillé avec nous afin d'identifier des mesures novatrices pour protéger le parc national Wood Buffalo, le bison des bois et notre communauté, déclare de son côté le chef de la Première Nation cri Mikisew Archie Waquan par communiqué.

L’entente comprend notamment un plan de protection pour le bison et le caribou ainsi que pour le parc national Wood Buffalo. Le gouvernement se dit également ouvert à établir une gestion coopérative du parc provincial Kitaskino Nuwenëné Wildland et de la harde de bisons du lac Ronald.

Je suis maintenant convaincu que ce projet constitue un avantage net pour ma communauté et toute la région. Les atténuations environnementales et culturelles prévues par cette entente sont sans précédent pour un projet de ce genre, ajoute le chef Adam.

Il est plus important que jamais de démontrer qu'une réelle réconciliation est possible, tout en nous assurant que nos Premières Nations soient des partenaires à part entière de la prospérité. C’est pourquoi je demande à nouveau au gouvernement fédéral d’approuver le projet de mine Teck Frontier, affirme quant à lui le ministre albertain de l'Environnement dans un communiqué.

Cette entente intervient quelques jours seulement avant que le gouvernement de Justin Trudeau ne décide s’il donne le feu vert au projet Frontier, qui divise depuis plusieurs mois les députés libéraux.

Si la mine, dont le coût de construction est estimé à plus de 20 milliards de dollars, est approuvée, elle emploiera 2500 personnes et produira 260 000 barils de bitume par jour pendant 41 ans, selon son promoteur, l’entreprise Teck Ressources. Les retombées économiques liées au projet sont estimées à 70 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !