•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lumière sur l’histoire de l’urbanisme et du racisme

Le port d'Halifax à l'époque de la Révolution industrielle

Le port d'Halifax à l'époque de la Révolution industrielle

Photo : Alliance Française

Radio-Canada

Le conférencier Ted Rutland présentera pour la première fois en français sa réflexion sur l’influence du discours sur la race dans l’organisation urbaine, le 26 février à l’Alliance Française de Toronto.

À quel point l’urbanisme traduit-il les discriminations raciales? Ted Rutland, professeur agrégé à l'Université Concordia à Montréal, souhaite interpeller sur la façon dont l'urbanisme a tenté d'améliorer la vie des résidents d’Halifax au XXe siècle, mais aussi ses échecs et son impact, notamment sur les habitants noirs de la ville.

L’urbanisme moderne trouve ses débuts au XIXe siècle, autour notamment de préoccupations de santé publique, de principes moraux, et d’une volonté de promouvoir la richesse pour tout le monde.

Exclusion de communautés

Mais ce tout le monde dépend de la conception d'un être humain dans les normes au XIXe siècle. Or, l’héritage de l’histoire moderne a structuré la façon dont les urbanistes considéraient les vies humaines, selon Ted Rutland.

Les villes canadiennes privilégient alors la qualité de vie explicitement ou implicitement des personnes blanches, de classe moyenne, certainement hétérosexuelles durant les six ou sept premières décennies du XXe siècle, a-t-il expliqué à l'émission L'Heure de pointe de Radio-Canada.

Quand on parle de bénéfices sur les communautés blanches, c’est très souvent au détriment des Noirs. Les parcs, les arbres, les systèmes d'égouts, les écoles, tous les bénéfices de l’urbanisme moderne ont exclu les communautés noires à Halifax.

Ted Rutland, professeur de géographie sociale et culturelle urbaine à l'Université Concordia

L'auteur du livre Displacing Blackness, duquel est tirée la conférence, croit qu'il faut écouter les gens marginalisés, ceux qui sont plus exclus, qui ont une différente façon de voir, de parler de l'urbanisme... Comme les Wet'suwet'en, qui selon lui, ont des leçons pour nous en termes de comment gérer l'espace.

La conférence a été présentée de nombreuses fois en Ontario, mais jamais en français.

L'Histoire de l'urbanisme et du racisme à Halifax, de 1880-2010, organisée conjointement avec la Société d’histoire de Toronto aura lieu mercredi 26 février de 19 h à 21 h. La conférence est gratuite, mais il est préférable de réserver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Urbanisme