•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Cantonniers de Magog pour l’abolition des bagarres dans la LHJMQ

Claude Bellefeuille et Jérémy Baudet.

Radio-Canada

Alors que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a repoussé au mois d'août sa décision de bannir, ou pas, les bagarres dans son circuit, le président des Cantonniers de Magog se positionne pour l’arrêt des batailles sur la glace de la LHJMQ.

Renaud Légaré, président des Cantonniers de Magog, explique que dans le Midget AAA, le souhait de beaucoup c’est d’abolir les coups à la tête. Il trouve qu’il est illogique de punir de plus en plus les joueurs du Midget AAA, notamment pour les coups à la tête, alors que dans la LHJMQ, ils ont droit à tout.

Je pense qu’abolir les bagarres, on est rendu à ce stade-là dans le hockey d’aujourd’hui. Il y en a de moins en moins à tous les niveaux.

Renaud Légaré, président des Cantonniers de Magog
Renaud Légaré, président des Cantonniers de Magog en entrevue.

Renaud Légaré, président des Cantonniers de Magog.

Photo : Radio-Canada

M. Légaré pense qu’en août prochain, la LHJMQ votera pour l’arrêt des bagarres sur la glace. Sûrement pas [de façon] majoritaire. Mais ça va passer, croit-il.

Ce dernier pense que les gens, aujourd’hui, sont plus conscientisés par rapport aux séquelles que peuvent avoir les joueurs dans les sports de contact comme le hockey ou le football.

Même son de cloche du côté de Christian Lord, gouverneur des Cantonniers.

Si on compare avec d’autres sports comme le basket ou le soccer, je ne comprends pas pourquoi ça n’a pas été banni au hockey.

Christian Lord, gouverneur des Cantonniers de Magog

Ceux qui veulent que les bagarres restent

Daniel St-Laurent, qui a joué quatre saisons dans la LHJMQ dans les années 1970-1980 avec les Éperviers de Sorel et les Draveurs de Trois-Rivières, se dit quant à lui heureux de voir que les choses ont changé dans le hockey d’aujourd’hui.

Pendant mes années, il y avait de la violence gratuite et maintenant, les choses se sont beaucoup améliorées de ce côté-là.

Daniel St-Laurent, ancien joueur de la LHJMQ
Daniel St-Laurent dans une épicerie

Daniel St-Laurent a joué quatre saisons dans la LHJMQ dans les années 1970-1980 avec les Éperviers de Sorel et les Draveurs de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Pour autant, il se dit contre l’arrêt des bagarres dans la LHJMQ. Ce qui va être dangereux à me moment-là, c’est qu’il y aura des coups vicieux [contre les meilleurs joueurs], pense-t-il. La LHJMQ est bien partie. Les bagarres ont beaucoup diminué, continue-t-il.

Daniel St-Laurent croit que la meilleure chose à faire serait de mettre des sentences plus sévères aux joueurs pour contrôler les bagarres, sans qu’il y ait d’abus.

Alexandre Comtois, premier capitaine du Phoenix de Sherbrooke, pense lui aussi que les bagarres doivent rester.

Je ne pense pas que ça peut être réalisable de bannir toutes les batailles.

Alexandre Comtois, premier capitaine du Phoenix de Sherbrooke

Je pense que ça fait partie du jeu et que ça doit rester, mais dans une certaine limite, nuance-t-il. La LHJMQ a déjà fait plusieurs avancées là-dessus. Les règlements sont de plus en plus stricts. Ça, c’est correct, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Hockey