•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : un casse-tête pour les agents de voyage

L'autocar est devant le bateau de croisière.

Le cas du Diamond Princess, navire qui est resté plusieurs jours en quarantaine au port de Yokohama, pourrait affecter l'industrie des croisières.

Photo : Getty Images / AFP / Charly Triballeau

Si l’épidémie de coronavirus ne semble pas encore avoir porté un coup dur à l’industrie du voyage au Canada, les agences doivent travailler d’arrache-pied pour rassurer les voyageurs et les dissuader d'annuler.

Pour Francine Prudhomme, agente de voyages affiliée à TTI Canada, l’important est de rassurer le client lorsque celui-ci a des craintes pour sa sécurité lors d’un voyage.

Nous avons vu la guerre du Golfe, nous avons vu le SRAS et le H1N1, il y a toujours des choses qui se produisent à travers le monde et qui peuvent faire peur, et nous devons expliquer la situation et leur donner des options s’ils en ont besoin.

Francine Prudhomme

L’agente de voyages explique que bien souvent, les voyageurs hésitants choisissent de retarder leur voyage, ce qui nécessite de modifier les réservations auprès des compagnies d’aviation ou parfois de négocier avec des compagnies offrant des croisières.

Si un voyageur souhaite tout de même entreprendre son excursion, le travail de l’agent de voyages est de négocier avec les transporteurs aériens pour s’assurer que le voyageur évite les villes plus à risque comme Pékin ou Hong Kong lors des déplacements vers des pays comme l’Australie ou la Thaïlande.

Francine Prudhomme explique qu’elle doit souvent négocier des prix équivalents ou inférieurs avec les compagnies d’aviation pour satisfaire la clientèle, elle ne rapporte cependant aucun cas d’annulation complète d'un voyage lié à une crainte de contracter le virus.

Elle rappelle que pour un voyageur expérimenté, ce type de situation ne pose habituellement pas problème, mais que ce sont les voyageurs les moins habitués qui sont plus sensibles à ce type de craintes.

Un impact encore limité sur l’industrie

Mario Poulin, le propriétaire de l’agence voyage Rockland, dans la région d’Ottawa, affirme que malgré les craintes pour la santé que cause l’épidémie en Chine, l’effet ne se fait pas encore sentir dans l’industrie du voyage.

Son agence, qui organise des excursions de groupe un peu partout dans le monde, n’a pas encore eu d’annulation. Un voyage organisé au Japon, qui affiche complet depuis quelques mois, aura ainsi lieu comme prévu dans les prochaines semaines.

Si Mario Poulin concède qu’il aurait plus de difficultés à vendre des voyages en Asie maintenant qu’en décembre, il ne pense pas que l’épidémie aura beaucoup d’effet sur son entreprise, puisque les voyages vers la Chine ne figurent pas parmi son portefeuille de voyages.

En raison de ce qui s’est produit avec le navire Diamond Princess, Mario Poulin estime que c’est le volet croisière de l’industrie touristique qui va le plus souffrir de l’épidémie de COVID-19.

L’histoire des passagers, restés piégés dans le navire en quarantaine au Japon, pourrait toucher l’industrie, estime M. Poulin.

Même son de cloche du côté de Francine Prudhomme, pour qui les voyageurs du Diamond Princess auraient dû être évacués dès le premier jour.

Si l’industrie du tourisme n’a pas encore fait de bilan de l’effet des craintes de propagation du virus sur les ventes, Mario Poulin affirme être en contact avec d’autres agences et pense pouvoir obtenir un portrait plus net de la situation au printemps.

Le Canada, une destination de voyage à envisager?

Selon Mario Poulin, le Canada pourrait tirer son épingle du jeu comme destination de rechange si le pays continue à être épargné par le COVID-19.

Les gens vont voyager au Canada à la place, ils n’iront pas à l’étranger, on se dit : on reste chez nous, c’est plus sécuritaire et les soins médicaux sont quand même fiables et reconnus, explique-t-il.

D'après Mario Poulin, les voyageurs pourraient être tentés d’aller visiter d’autres régions du Canada, sauf si la présence du virus y prend de l’importance. Dans ce cas, ils pourraient préférer rester à la maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !