•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocages ferroviaires : « La patience des Canadiens a des limites », dit Scott Moe

Scott Moe en mêlée de presse.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, s'adresse aux médias pour dénoncer les blocages ferroviaires.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, incite les manifestants à démanteler les barricades qui paralysent le transport ferroviaire au pays. Il se dit préoccupé par cette situation ayant entraîné la mise à pied de cheminots et perturbant la circulation des marchandises au pays.

Scott Moe dit avoir discuté avec le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, et la vice-première ministre, Chrystia Freeland, ainsi qu'avec tous les premiers ministres. Son objectif est de trouver une solution pacifique aux barrages ferroviaires qui sont installés à travers le pays.

Nous pouvons continuer à dialoguer avec les individus qui sont derrière ces blocages illégaux dans différentes régions du pays. Les Canadiens ont été patients, mais cette patience a des limites, dit M. Moe.

Il rappelle notamment que les injonctions accordées devront être appliquées.

Scott Moe précise qu’il n’y a pas de blocages dans la province, mais que ceux-ci ont des effets en Saskatchewan.

Il demande ainsi aux manifestants de démanteler les barricades qui paralysent le transport ferroviaire au pays et les invite à discuter avec les premiers ministres.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a offert jeudi de retirer son poste mobile du territoire des Wet'suwet'en, en Colombie-Britannique.

Il s’agit d’une condition imposée par les chefs héréditaires avant d’accepter de rencontrer le gouvernement fédéral.

Les opposants Wet'suwet'en au projet de Coastal GasLink

Ce sont les chefs héréditaires (un mode de gouvernance traditionnel) des Wet'suwet'en et une partie des Wet'suwet'en qui s'opposent au projet de gazoduc en construction entre Dawson Creek et Kitimat, en Colombie-Britannique. Les chefs héréditaires affirment qu'ils sont les seuls à pouvoir consentir à un projet qui traverse leur territoire ancestral, qui n'a jamais été cédé par traité.

De leur côté, 20 conseils de bande, dont 5 conseils de bandes Wet'suwet'en, le long du tracé du gazoduc, ont approuvé le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !