•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelques dollars pour une dose de crystal meth

Portrait de Tiffany Newby.

Pour sortir de la dépendance, Tiffany Newby estime qu'il est essentiel de parler du problème autour de soi, malgré la peur du jugement.

Photo :  courtoisie / Tiffany Newby

Sophie Chevance

Un sentiment puissant d’invincibilité, l’impression d’être inatteignable. Tiffany Newby décrit la méthamphétamine en cristaux comme étant la drogue la plus forte qu’elle ait connue.

Elle a commencé à consommer du crystal meth à l’âge de 15 ans. Sa dépendance s’est étalée sur cinq ans. Après l’alcool et le cannabis, elle est passée à des drogues plus fortes comme la cocaïne, l'ecstasy et, finalement, la méthamphétamine en cristaux.

Quand je prenais du crystal meth, tout devenait délicieusement bon. C’est l'échappatoire que les gens cherchent. Mais, en l’espace d’un mois, ma vie a commencé à s’écrouler.

Tiffany Newby, étudiante

La jeune femme décrit son ancien quotidien. Parfois, il m’arrivait de ne pas dormir pendant deux semaines et de ne pas manger pendant une semaine. Tu ne te soucies plus de ces besoins dans ce temps-là raconte-t-elle.

Quand Tiffany Newby regarde en arrière, elle fait rapidement état de sa transformation.

J’étais une adolescente engagée dans les sports, proche de ma famille. Avec le temps, j’ai quitté l’école, j’ai été accusée de vol à main armée, j’étais devenue une tout autre personne témoigne la Réginoise.

Visage de Tiffany Newby.

Il y a 14 ans, Tiffany Newby consommait en moyenne l'équivalent d'une centaine de dollars de méthamphétamine en cristaux par jour.

Photo :  courtoisie / Tiffany Newby

Face à la justice et au cancer de sa mère, Tiffany Newby en est venue à un point de non-retour.

Elle a décidé d’arrêter de consommer la drogue et, grâce à l’aide d’un intervenant en toxicomanie de son école, elle a entamé un processus de désintoxication. Je me sentais comme une vieille personne, cela a été très difficile. Il m’a fallu un an pour me sentir à nouveau moi-même , précise-t-elle.

Aujourd’hui, Tiffany Newby est trentenaire, étudie en sciences infirmières à l’Université de Regina et compte se spécialiser dans le traitement des dépendances. Elle intervient aussi à titre de mentore dans le groupe anonyme d’entraide Crystal Clear, qui a vu le jour dans la capitale saskatchewanaise il y a quelques années.

Une drogue facile à obtenir

Aux yeux de Tiffany Newby, le défi lié à la lutte contre la méthamphétamine en cristaux est double : cette drogue synthétique crée une forte dépendance, mais elle est aussi très bon marché.

Même constat du côté de la directrice des services communautaires et du centre du trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF), de la clinique communautaire de Regina, Cheryl Charron.

Il est possible de payer 5 $ pour une dose. Quand vient le temps de choisir entre acheter à manger, se trouver une place où dormir ou bien avoir un “hit” pour 5 $, le choix est souvent simple.

Cheryl Charron, directrice du centre TSAF de la clinique communautaire de Regina

Cheryl Charron confirme que de plus en plus de patients ont une dépendance à la méthamphétamine en cristaux, et ce, depuis les trois dernières années.

De plus, la consommation commence très jeune.

Des collègues m’ont dit que l’usage de cette drogue commençait parfois chez des jeunes de 12 ans, ajoute Cheryl Charron.

Portrait de Cheryl Charron.

Cheryl Charron compare le pouvoir d'accoutumance de la métamphétamine en cristaux à celui de l'héroïne.

Photo : Radio-Canada / Tyler Pidlubny

Même bilan pour le directeur local des services en santé mentale et en dépendances de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, Brian Danyliw.

La consommation de métamphétamine en cristaux a augmenté de façon spectaculaire.

Brian Danyliw, directeur des services en santé mentale et en dépendances de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan pour la région de Regina

Des mesures à prendre

Selon Cheryl Charron, il faut agir le plus rapidement possible auprès des consommateurs de méthamphétamine en cristaux, sensibiliser davantage les jeunes et garantir des services de plus longue durée.

Tiffany Newby estime aussi qu’il faut augmenter la présence des agents d’intervention de première ligne, au contact des consommateurs.

Le gouvernement provincial a récemment assuré qu'il prenait au sérieux la crise de la métamphétamine en cristaux en Saskatchewan et que de nouveaux investissements seront normalement faits en santé mentale et dans la lutte contre les dépendances dans le prochain budget.

Selon Cheryl Charron, il reste à savoir combien et où sera investi exactement cet argent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants