•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«  Déclaration de Buffalo » : Jason Kenney demande aussi à Ottawa d’agir

Plan moyen de Jason Kenney en conférence de presse, debout devant deux drapeaux albertains.

Jason Kenney, le premier ministre de l’Alberta, a réagi à « la Déclaration de Buffalo ».

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Fuat Seker

Au lendemain de la publication d’un manifeste, intitulé Déclaration de Buffalo, dans lequel Ottawa et l'est du pays sont accusés de traiter l'Alberta comme une colonie, le premier ministre de cette province, Jason Kenney ,exhorte le gouvernement fédéral à écouter les Albertains.

Dans le document de 13 pages, signé par quatre députés conservateurs fédéraux et mis en ligne jeudi après-midi, les élus pressent le gouvernement fédéral d'agir immédiatement pour rebâtir les ponts avec cette province de l'Ouest canadien.

Si rien n’est fait, le mouvement séparatiste pourrait devenir bien plus réel, selon eux.

En conférence de presse, Jason Kenney a réagi en expliquant que la lettre souligne une inquiétude grave et profonde en Alberta.

« La responsabilité du fédéral est de prendre des mesures pour démontrer qu'il y a un avenir économique dans cette province », explique-t-il.

Il rappelle que le gouvernement de l'Alberta poursuit le gouvernement fédéral en justice au sujet de la taxe carbone et de la Loi sur l’évaluation d’impact (LEI). « Après une consultation des Albertains, il n’est pas impossible que nous prenions davantage de mesures contre le fédéral », confie-t-il.

Michelle Rempel Garner et trois autres députés albertains affirment dans la Déclaration de Buffalo que, si Ottawa ne change pas d'approche, les Albertains examineront l'indépendance comme une solution.

Le NPD défend l’unité du pays

La chef du Nouveau Parti démocratique, Rachel Notley, dénonce le manifeste.

« Le Canada doit défendre sans équivoque le maintien de l’unité du pays...une coalition avec les séparatistes ne peut pas aider le Canada… Ce n'est pas moi qui parle, c'est l'ancien Premier ministre conservateur, Stephen Harper », écrit-elle.

Même si elle confirme que les Albertains traversent une période difficile en ce moment, elle attaque le bilan économique de Jason Kenney, qu’elle juge responsable de cette situation.

Jason Kenney doit immédiatement rejeter ce document.

Rachel Notley, chef du NPD.

« Nous avons perdu 19 000 emplois le mois dernier… au lieu de s'attaquer à ces défis bien réels, Jason Kenney et ses collègues conservateurs fédéraux encouragent les discussions sur la séparation », dit-elle.

Bon ou mauvais coup?

Avec cette lettre, les signataires veulent donner un nouvel élan au mouvement de revendications en Alberta, pense de son côté le politologue Frédéric Boily.

Plan serré de Frédéric Boily assis dans son bureau.

Ce document est un facteur de perturbation pour le parti conservateur à l'échelle du pays, selon Frédéric Boily.

Photo : Radio-Canada

Le manifeste présente des arguments culturels selon lesquels l'Alberta serait elle aussi distincte à sa façon, explique-t-il. Ça a vient donner un poids supplémentaire aux récriminations de l'Alberta contre le gouvernement central, analyse-t-il.

Cependant, le politologue se dit tout de même surpris de la publication de la Déclaration de Buffalo au moment où le Parti conservateur va entamer une course à la direction. Ça vient ajouter un facteur de perturbation à une course à la direction qui est un peu chancelante pour le moment, souligne Frédéric Boily.

Le document vient compliquer une dynamique politique déjà instable. Ce manifeste pourrait laisser entendre qu’il y aurait des mouvements de scission au sein des conservateurs à l’échelle du pays, constate le politologue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique fédérale