•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Î.-P.-É. : Dennis King confie le dossier de l'Environnement à une nouvelle ministre

Une femme qui tient une bible dans ses mains prête serment sous le regard de quatre autres personnes.

La nouvelle ministre de l'Environnement, de l'Eau et des Changements climatiques de l'Île-du-Prince-Édouard, Natalie Jameson, a été assermentée par le greffier du Conseil exécutif, Paul Ledwell, et la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry, en présence du premier ministre Dennis King, à la résidence vice-royale de Fanningbank.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

François Pierre Dufault

L'Île-du-Prince-Édouard a désormais une ministre dédiée entièrement à la cause de l'environnement et de la lutte aux changements climatiques. Le premier ministre Dennis King a procédé, vendredi, à un petit remaniement ministériel afin d'ajouter un siège à son Conseil des ministres.

Sept mois après son élection, la députée progressiste-conservatrice Natalie Jameson devient ministre de l'Environnement, de l'Eau et des Changements climatiques.

L'élue de la région de Charlottetown devient aussi ministre responsable de la Condition féminine et ministre responsable de la capitale provinciale.

Je crois que j'amène une nouvelle perspective. J'ai deux jeunes enfants. J'ai une énergie renouvelée. J'amène une nouvelle voix à la table pour représenter les femmes et les résidents de Charlottetown, a déclaré d'emblée Natalie Jameson, vendredi, à la suite de son assermentation par la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry à la résidence vice-royale de Fanningbank.

L'environnement est un portefeuille clé auquel le premier ministre Dennis King dit désormais vouloir consacrer une personne à temps complet.

L'environnement, je l'ai dit, est un enjeu fondamental de notre époque.

Dennis King, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard

Le ministère de Natalie Jameson était auparavant détenu par Brad Trivers, en plus des portefeuilles de l'Éducation et l'Apprentissage continu qu'il conserve.

Avant de se lancer en politique, la nouvelle ministre a travaillé pendant près d'une décennie dans l'industrie gazière et pétrolière. Selon son curriculum vitae, elle a été à l'emploi d'un producteur albertain de gaz et de pétrole de taille moyenne. Elle y a occupé le poste de représentante du marketing, notamment.

Dennis King dit qu'il n'y voit aucune contradiction. Il croit même que la connaissance du secteur de l'énergie est un atout pour la nouvelle ministre. Je crois que son passé professionnel lui donne une perspective unique, ajoute-t-il.

Ces 10 ans d'expérience professionnelle m'ont permis d'acquérir beaucoup de compétences, et une fondation solide sur laquelle je peux continuer à bâtir.

Natalie Jameson, ministre de l'Environnement, de l'Eau et des Changements climatiques de l'Île-du-Prince-Édouard

Le chef de l'opposition officielle, Peter Bevan-Baker, abonde dans le même sens. Elle pourrait apporter des connaissances sur le fonctionnement réel de ce secteur, estime-t-il. Le chef du Parti vert insulaire dit qu'il s'attend tout de même à un leadership audacieux de la part de la nouvelle ministre.

Plusieurs défis attendent Natalie Jameson. Parmi ceux-ci, il y a la promulgation de la première Loi sur l'eau de l'Île-du-Prince-Édouard et la décision de maintenir, ou non, un moratoire sur l'utilisation des puits d'irrigation agricoles à grande capacité. La nouvelle venue au Conseil des ministres devra aussi négocier avec le gouvernement fédéral les prochaines étapes du plan de la province pour lutter contre les changements climatiques.

La députée de Charlottetown–Hillsborough Park a été élue à l'Assemblée législative lors d'une élection différée, le 15 juillet dernier. Le scrutin dans cette circonscription avait dû être repoussé de quelques mois à la suite de la mort accidentelle du candidat vert Josh Underhay, quelques jours avant les élections générales du 23 avril.

L'élection de Natalie Jameson a donné au gouvernement de Dennis King son seul siège dans la capitale, et une deuxième voix féminine avec celle de Darlene Compton.

Le Conseil des ministres de l'Île-du-Prince-Édouard compte maintenant 10 membres, y compris le premier ministre, sur un maximum de 11 membres permis par la loi provinciale. Il ne reste que deux députés d'arrière-ban dans le camp progressiste-conservateur, à l'exclusion du président de l'Assemblée législative, Colin LaVie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale