•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réserves des francophones hors Québec sur le renouvellement des licences de Radio-Canada

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada demande 15 % de temps d'antenne hors Québec.

Jean Johnson donne un discours.

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada souhaite que le CRTC impose à Radio-Canada d'augmenter la production des contenus régionaux en langue française. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada est insatisfaite de la façon dont Radio-Canada couvre les communautés francophones hors Québec. Son appui au renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada est accompagné de « conditions », dit-elle.

Ça fait des décennies qu’on dit que nos communautés dénoncent la surreprésentation du Québec dans les contenus nationaux de Radio-Canada. [Les membres de ] la haute direction nous disent qu’ils y travaillent et on ne questionne pas leur bonne volonté, mais il continue d’exister un problème au niveau des équipes de production. Il faut un changement de culture et il faut briser la bulle montréalaise , écrit le président de la FCFA, Jean Johnson, dans un communiqué.

Un contenu jugé trop québécois

Dans un rapport intitulé « Initiative de surveillance des contenus nationaux de Radio-Canada par la FCFA et ses membres », la Fédération présente l’évaluation non scientifique des contenus de 10 émissions nationales du diffuseur public tels que Le Radiojournal de midi, Le Téléjournal de 22 h et RDI 24/60, ainsi que deux pages web nationales.

Une des conclusions est la suivante : Les contenus nationaux étudiés présentent pour la plupart une surreprésentation importante du Québec, que ce soit au niveau des sujets, des intervenants et intervenantes, ou des angles de traitement.

La FCFA déplore aussi le fait que de nombreuses émissions ne cherchent pas à utiliser des experts francophones hors Québec. Le réflexe, par exemple, d’aller chercher des experts à l’Université de Moncton, à l’Université Laurentienne ou encore à l’Université de Saint-Boniface n’est nullement présent, peut-on y lire.

Renforcer les services régionaux

Dans un document séparé intitulé « Mémoire de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada », la FCFAfait 13 recommandations pour que le diffuseur public améliore son mandat de reflet pancanadien.

La FCFA veut par exemple que les plateformes numériques soient réglementées par le CRTC. Elle souhaite également que 15 % des nouvelles sur le site web ici.radiocanada.ca/info portent sur des histoires provenant d’autres provinces ou territoires que le Québec. Elle demande ce même taux de 15 % du temps d'antenne dans les émissions « à caractère national ».

La majorité des recommandations vise à renforcer la capacité des services régionaux.

La Fédération recommande notamment que la Société soit contrainte, par condition de licence, de confier la production de 33 % de ses émissions et contenus nationaux de langue française, y compris au niveau des nouvelles, à un deuxième centre de production situé ailleurs qu’au Québec.

Joint pour une réaction, le service des communications de Radio-Canada écrit que la direction de la société n'accordera pas d'entrevue à ce sujet : La démarche de l'organisme s'inscrit dans le processus de dépôt de mémoire en prévision de [la] comparution au CRTC. Nous aurons alors l'occasion de les entendre [la FCFA] et de nous exprimer officiellement sur leurs propositions à ce moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Francophonie

Société