•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première journée pour le Red Bull Ice Cross au Massif de Charlevoix

Un patineur s'élance au départ du parcours.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Radio-Canada

Près de 150 patineurs extrêmes provenant d’une quinzaine de pays sont réunis au Massif de Charlevoix pour une des étapes du Championnat du monde Red Bull Ice Cross Downhill qui a lieu en fin de semaine.

Vendredi, à l’occasion des entraînements et des qualifications, les participants ont pu dévaler pour les premières fois, le parcours de plus de 400 mètres de longueur et de 45 mètres de dénivelé.

L'événement est similaire au Red Bull Crashed Ice qui a fait vibrer le Vieux Québec pendant plusieurs hivers lorsque la course se faisait en milieu urbain.

Les patineurs extrêmes sur le parcours, avec le Chateau Frontenac en arrière-plan

Le Red Bull Crashed Ice à Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le sport continue d’évoluer et un des objectifs de la fédération de patinage extrême, la Fédération All Terrain Skate Cross (ATSX), est de démocratiser la discipline et d’attirer plus d’adeptes. Le circuit organise donc des courses à plus petit déploiement comme celle du Massif de Charlevoix.

La structure organisationnelle autour de la piste comme telle est moins lourde, moins grande et moins coûteuse, ce qui nous donne une plus grande possibilité d'organiser des courses dans plus d'endroits dans le monde, affirme Christian Papillon, le directeur sportif du Championnat du monde Red Bull Ice Cross et de la Fédération ATSX.

Contrairement à celui que Québec a connu, le parcours n'est pas bâti sur des échafaudages munis de systèmes de réfrigération. Le parcours du Massif est plutôt créé à même le dénivelé naturel de la montagne et de la neige qui a été compactée et arrosée, comme c'est aussi le cas dans les autres courses.

Même avec le déploiement plus modeste, le plaisir et le défi ne sont pas moindres selon les organisateurs et les participants.

Ici, c'est plus une pente de skieur, c'est plus d’absorption avec les genoux et moins de patin, alors qu'à Québec, c'était un peu plus technique. C'est différent, mais on a toujours autant de plaisir, indique l'une des patineuses extrêmes, Maxie Plante.

Louis-Philippe Dumoulin qui a longtemps été parmi les patineurs les plus rapides du Red Bull Crashed Ice de Québec a d'ailleurs décidé de remettre ses patins après cinq d’absence de la compétition pour prendre part à l’épreuve du Massif.

C’est sur que ce n’est pas Québec, mais c’est quand même super, lance-t-il après une descente d’entraînement.

Les rondes finales de cette étape du Championnat du monde seront présentées samedi à compter de 13 h.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Patinage