•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Depuis 80 ans, la datation au carbone 14 permet à la science de remonter le temps

    Illustration du cycle du carbone 14

    La technique de datation au carbone 14 célèbre ses 80 ans en 2020.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    En 1940, l’Américain Willard Frank Libby découvre que le carbone 14 peut servir à estimer l’âge de fossiles d’origine animale et végétale. Des reportages de Radio-Canada soulignent l’importance de cette innovation scientifique notamment en archéologie.

    Une découverte gardée secrète

    Ce serait dès 1939 que Willard Frank Libby aurait eu l’idée que l’isotope radioactif connu sous le nom de carbone 14 pourrait servir à estimer l’âge d’organismes d’origine animale et végétale morts depuis longtemps.

    Le 27 février 1940, Martin Kamen, du Radiation Laboratory et Samuel Ruben, du département de chimie de l'Université de Berkeley, produisent pour la première fois du carbone 14 en quantité suffisante pour pouvoir mesurer son activité.

    L'intuition de Willard Frank Libby pourra dorénavant être testée.

    Découverte, 21 novembre 2010

    Le principe de la datation au carbone 14 est expliqué par l’animateur de l’émission Découverte Charles Tisseyre dans un reportage du journaliste Danny Lemieux présenté le 21 novembre 2010.

    Les organismes absorbent au cours de leurs vies du gaz carbonique qui contient des isotopes de carbone 14.

    À leur décès, ce carbone 14 commence à se dégrader à une vitesse constante.

    Tous les 5 730 ans, la quantité de carbone 14 présent dans les organismes morts se désintègre à 50%.

    C’est la constance de la durée de ce cycle qui a permis à Willard Frank Libby de développer la technique de datation.

    L’Américain garde secrète sa découverte auprès du grand public jusqu’en 1947.

    En 1949 est réalisée la première datation par le carbone 14 de deux échantillons de bois venus de tombes égyptiennes.

    L’expérience permet de déterminer que les pièces analysées ont 4 600 ans.

    La datation par le carbone 14 a néanmoins ses limites. Elle ne peut par exemple révéler l’âge d’organismes qui ont plus de 50 000 ans.

    En 1960, Willard Frank Libby reçoit le prix Nobel de chimie pour sa découverte.

    C’est qu’entre-temps, la datation par le carbone 14 est devenue un outil indispensable pour l’avancement des connaissances dans plusieurs branches scientifiques.

    C'est particulièrement vrai en archéologie.

    Un mystère résolu grâce au carbone 14

    Le Vatican admet finalement après une enquête scientifique que le Saint-Suaire de Turin, loin de dater du l’époque du Christ, a été fabriqué au Moyen Âge, il y a environ 700  ans.

    Bernard Derome, 13 octobre 1988

    Dans le reportage de Découverte, Charles Tisseyre mentionne que la technique de datation au carbone 14 a permis de résoudre un mystère qui depuis des siècles fascine les fidèles de l’Église catholique.

    Le Saint-Suaire de Turin, cette relique qui contiendrait l’image du corps du Christ à la descente de la croix, est-il authentique?

    Téléjournal, 13 octobre 1988

    Le 13 octobre 1988, le journaliste Réal D’Amours, dans un reportage présenté au Téléjournal, détaille l’enquête qui a déterminé que le Saint-Suaire de Turin se révèle être une fabrication médiévale.

    Le journaliste explique que la technique de datation au carbone 14 a permis à trois laboratoires situés à Zurich, à Oxford et en Arizona de déterminer que le drap long de quatre mètres a été fabriqué entre 1260 et 1390.

    La marge d’erreur n’est que 5%.

    Si l’examen au carbone 14 a résolu un mystère, il en a créé un autre.

    Le Saint-Suaire possède en effet des caractéristiques techniques qui étaient absolument inconnues au Moyen-Âge.

    Le Vatican a décidé que le Saint-Suaire pourrait quand même être considéré comme une icône et vénéré comme telle par les fidèles catholiques.

    Outre l’archéologie, la datation au carbone  14 est devenue un outil fort utilisé dans des sciences comme l’anthropologie ou la géologie.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Science