•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Louiseville s'invite dans le conflit ferroviaire

Un homme à genoux près d'une pancarte et d'une voie ferrée.

Le maire de Louiseville Yvon Deshaies a érigé une barricade sur une voie ferrée du Canadien Pacifique, vendredi.

Photo : Radio-Canada / Amélie Desmarais

Radio-Canada

Le maire de Louiseville s’invite dans le conflit ferroviaire avec un coup d'éclat de 30 minutes pour demander à Ottawa d’intervenir dans les plus brefs délais.

Yvon Deshaies a symboliquement bloqué temporairement une voie ferrée du Canadien Pacifique à Louiseville.

Il craint que le conflit qui paralyse le pays depuis 16 jours ne dégénère et croit que le gouvernement devrait faire respecter les injonctions.

Le maire de Louiseville avait affiché une pancarte où on pouvait lire : À mes amis Autochtones, pourriez-vous me prendre dans votre famille pendant quelques temps, question de faire avancer mon projet au Fédéral, qui en passant ne leur coûterait pas 5 sous de plus.

Le projet auquel il fait allusion est le retour de la peine de mort au Canada.

Je vois que c'est la nouvelle façon de protester, façon dont je ne suis pas d'accord, mais bon, je suis seul à porter mon projet. Je ne peux rester plus longtemps, je dois aller travailler pour gagner ma croûte

Extrait de la pancarte affichée par le maire de Louiseville, Yvon Deshaies

Interpellé par la Sûreté du Québec, Yvon Deshaies, d’abord installé sur les rails, a accepté de se déplacer en bordure du chemin de fer.

Il est parti après 30 minutes, tel que convenu avec les policiers de la SQ.

Plus de détails à venir

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !