•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d'Edmonton se transforme pour être plus à l'écoute des LGBT

Le chef de police d'Edmonton, Dale McFee, apparaît de profil, en uniforme, dans l'atrium du quartier général des forces de l'ordre.

Le chef de la police d'Edmonton, Dale McFee, veut que les relations avec la communauté LGBT s'améliorent.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Nassima Way

La police d’Edmonton modifie ses pratiques en matière de recrutement et de formation pour prendre en compte la communauté LGBT.

Ce n’est que le début. Il y a encore beaucoup de travail à faire, a admis le chef de la police d’Edmonton, Dale McFee, en conférence de presse.

Nous sommes conscients que nous devrons nous concentrer sur l'engagement communautaire et le développement professionnel, tout en nous entourant d’un leadership qui permettra de rendre des comptes, a-t-il ajouté.

Pour améliorer ses interventions auprès de la communauté LGBT, le Service de police d’Edmonton créera un module de formation sur la sensibilisation aux préjugés que subissent les personnes LGBT. Les cours porteront, entre autres, sur les traumatismes historiques, la marginalisation des membres de cette communauté et les expériences vécues.

Un poste d’agent de liaison sera également créé afin d’améliorer la communication et la collaboration avec la communauté gaie, spécialement lors d’événements comme le défilé de la fierté gaie et lors de manifestations.

C'est une étape importante pour instaurer la confiance.

Dale McFee, chef de la police d'Edmonton

La directrice générale du Pride Center à Edmonton, Estefania Cortes-Vargas, a accueilli la nouvelle positivement, mais souligne l’importance de pouvoir évaluer les résultats de la nouvelle stratégie, et le traitement des plaintes.

Il faut pouvoir évaluer l'efficacité du travail qui est fait, dit-elle.

Des consultations bénéfiques

Ces modifications font suite aux consultations qui ont eu lieu l’an dernier avec des membres de la police et des membres de la communauté LGBT.

Nous avons reçu d’importants commentaires de la communauté et de nos propres membres sur la façon de faire mieux, dit Dale McFee.

Un policier est de profil à la caméra. Il porte un casque et un chandail d'uniforme noir. ll y a quelques personnes derrière lui..

Les membres de la communauté LGBT et des policiers ont participé aux consultations qui ont eu lieu l'an dernier entre juillet et octobre.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Les commentaires ont aussi éclairé le corps policier sur la réalité des membres les plus vulnérables de la communauté LGBT. Un des rapports rédigés après les consultations conclut, entre autres, ceci : La relation entre le Service de police d’Edmonton et la communauté était plus négative lorsqu'il y avait des facteurs de race, d'identité de genre, d'âge et de pauvreté.

Exclusion de la police

En 2018, des personnes ont manifesté lors du défilé de la fierté gaie contre la participation de la police parce que des membres de la communauté LGBT ont vécu des situations traumatisantes pendant leur arrestation.

Cependant, les efforts de réconciliation avec la communauté ont commencé en avril dernier quand l’ensemble du conseil d’administration du défilé de la fierté gaie a voté contre la participation de la police.

Dale McFee a présenté des excuses publiques le mois suivant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Communauté LGBTQ+