•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Satisfaits » d’une rencontre avec le CP, les manifestants lèvent le barrage à Kamloops

Une femme tient une affiche en solidarité avec les Wet'suet'en qui sont opposés au gazoduc Coastal GasLink près des voies ferrées du Canadien Pacifique entre Chase et Kamloops, en Colombie-Britannique.

Jeudi, une douzaine de personnes bloquaient les voies ferrées, près de la salle communautaire de Neskonlith à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Jenifer Norwell

Geneviève Lasalle
Timothé Matte-Bergeron

Le blocage sur les voies ferrées du Canadien Pacifique (CP) entre Chase et Kamloops, en Colombie-Britannique, a été levé, les manifestants se disant « satisfaits » d’une rencontre tenue avec des dirigeants de la société de transport ferroviaire.

Jeudi, des membres de la communauté autochtone de Neskonlith ont établi un blocage entre Chase et Kamloops, en Colombie-Britannique, pour montrer leur soutien aux chefs héréditaires Wet'suwet'en opposés au passage du gazoduc Coastal GasLink sur leurs terres ancestrales.

Dans une lettre adressée au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, le président du CP l'exhorte à engager immédiatement un dialogue direct avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en, un message qui répond aux demandes des manifestants, selon l’une des organisatrices du barrage, Anushka Azadi.

Les manifestants doivent se réunir pour discuter de la suite des choses, affirme Mme Azadi, mais la rencontre annoncée de chefs héréditaires Wet'suwet'en et de membres de la nation mohawk en Ontario ainsi que le point de presse prévu de Justin Trudeau vendredi les incitent à prendre du recul. 

Un manifestant masqué marche le long de la voie ferrée.

Des manifestants bloquent la voie ferrée du Canadien National (CN) qui traverse la ville de Saint-Lambert, en banlieue de Montréal.

Photo : Ivanoh Demers

Sympathiques à la cause Wet'suwet'en

Les manifestants Neskonlith sympathisent avec les Wet'suwet'en, car eux-mêmes font face à des problèmes similaires en raison du pipeline Trans Mountain qui devrait traverser le territoire traditionnel du peuple Secwepemc.

Dans les deux cas, la terre n'a jamais été cédée au gouvernement canadien.

Le problème vient du fait qu'ils refusent de reconnaître notre titre, nos droits et notre responsabilité envers la terre. C'est pourquoi ces choses se produisent et continueront de se produire, estime l'une des manifestantes.

La GRC offre de se retirer, les Wet'suwet'en restent sceptiques

Jeudi, la GRC a offert de retirer ses agents le long du tracé du projet de gazoduc Coastal GasLink dans le but de désamorcer les tensions avec les manifestants, confirme le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair.

Or, le chef héréditaire Na'moks affirme que les agents s'y trouvent toujours. Il dénonce ce qu'il considère comme une diversion médiatique de la part du gouvernement fédéral.

Un sentiment que partage la porte-parole Wet'suwet'en, Molly Wickam, qui juge « irrespectueux » qu'une telle annonce ait été faite sans consulter d'abord les chefs héréditaires.

L'intervention policière au début du mois de février a semé l'émoi dans la province et à travers le pays. Depuis, plusieurs manifestations ont eu lieu un peu partout au Canada, empêchant notamment les trains de rouler sur la plupart des voies ferrées du pays.

Avec les informations de Jenifer Norwel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique