•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déraillement près de Guernsey : des rejets importants, mais peu d’impact environnemental

Une voie ferrée, un paysage hivernal et une épaisse fumée noire.

La province estime que les conséquences environnementales du déversement de pétrole à la suite du déraillement de train près de Guernsey, en Saskatchewan seront limitées.

Photo : La Presse canadienne / Math Smith

Radio-Canada

Bien que l’estimation de la quantité de pétrole déversé lors du déraillement d’un train du Canadien Pacifique (CP) près de Guernsey ait été revue à la hausse pour atteindre 1,6 million de litres, son impact sur l’environnement sera limité, estime le ministère de l’Environnement de la Saskatchewan.

Il s’agit ainsi d’une quantité plus importante que celle qui a été déversée à la suite du déraillement d’un autre train du CP pratiquement au même endroit, en décembre 2019. Cette fois-là, 1,5 million de litres de pétrole s’étaient retrouvés dans l’environnement, ce qui représentait un déversement près de sept fois plus important que celui de Husky Energy dans la rivière Saskatchewan Nord, en 2016.

Selon un porte-parole du gouvernement provincial, cette nouvelle estimation concernant le déversement provoqué par le déraillement du train du CP près de Guernsey s’explique notamment par le fait que les équipes d’urgence n’ont pas été en mesure d’arrêter les fuites avant que l'incendie ne soit éteint.

Les prochaines étapes seront l’élaboration d’un plan d'assainissement du site pour faire face aux conséquences environnementales engendrées par le déraillement [...] ce qui devrait prendre plusieurs mois, poursuit-il. Bien que la zone polluée se limite aux fossés à proximité de l’accident, la réhabilitation du site pourrait prendre plusieurs mois.

La province affirme ne pas avoir d’inquiétude au sujet de la qualité de l’air depuis que le feu a été éteint. En ce qui concerne les eaux souterraines, des forages ont été effectués pour surveiller leur qualité et une éventuelle pollution provenant de l’infiltration du pétrole dans le sol.

Le Canadien Pacifique est responsable de tous les coûts liés au déraillement, y compris l'intervention d'urgence, l'évaluation environnementale et toutes les mesures correctives nécessaires.

Le 6 février dernier, vers 6 h 15, 32 des 104 wagons du convoi ont quitté les rails, ce qui a provoqué un immense incendie qui a brûlé pendant plus de 24 heures.

L’incident avait forcé l’évacuation de 85 habitants du village de Guernsey, situé à plus d’une centaine de kilomètres au sud-est de Saskatoon.

Il avait aussi incité le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, à publier un ordre ministériel pour réduire temporairement la limite de vitesse des trains qui transportent des matières dangereuses à travers le pays.

Cette semaine, Marc Garneau a cependant assoupli les restrictions de vitesse qu'il avait imposées.

Avec les informations de Guy Quenneville et d’Amélia MachHour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Déraillement de train