•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocage ferroviaire : le port de Vancouver est toujours congestionné

Le port et la ville de Vancouver en arrière.

Environ 50 navires marchands doivent décharger ou charger leurs marchandises au port de Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Noémie Moukanda

Le port de Vancouver demeure congestionné en raison du conflit du gazoduc Coastal GasLink, disent les autorités portuaires, qui minimisent toutefois les effets sur son fonctionnement.

À Vancouver, des manifestants ont perturbé le fonctionnement du port pendant trois jours, du 6 au 9 février.

Aujourd'hui, les effets de ce ralentissement se font toujours ressentir, bien que le port ait repris un rythme de croisière, assure Danielle Jang, une responsable des communications du port de Vancouver.

Le directeur des opérations maritimes du port, Sean Baxter, affirme cependant que les points d'ancrage sont très congestionnés pour le moment. En effet, sur les 60 existants, 50 sont occupés, et les autres, déjà attribués. Alors qu'en temps normal seuls 40 % sont utilisés, à l'heure actuelle, 83 % des points d'ancrage sont occupés.

Un bateau cargo au point d'ancrage du port de Vancouver.

Le port de Vancouver fonctionne au double de sa capacité habituelle. Presque tous ses points d'ancrage sont occupés.

Photo : Radio-Canada

La conséquence, c'est que plusieurs navires marchands attendent toujours leur tour. Mais, surtout, explique Sean Baxter, ils sont nombreux, ancrés, qui n'ont pas encore leurs cargaisons pour pouvoir prendre le large.

Les différents blocages des voies ferrées et les manifestations en appui aux chefs héréditaires Wet'suwet'en expliquent ces contretemps.

Au total, environ 50 navires marchands doivent décharger ou charger leurs marchandises au plus grand port du Canada. Et tant que les chemins de fer sont bloqués, les autorités portuaires ignorent quand ces bateaux pourront repartir.

Un bateau cargo a jeté l'ancre dans l'océan.

Le port de Vancouver fonctionne à capacité et certains navires attendent de décharger ou charger leurs cargaisons.

Photo : Radio-Canada

Des impacts à craindre dès la semaine prochaine?

Cette conjoncture commence à inquiéter certains commerçants, même si l'heure n'est pas à la panique, selon Val Litwin, le président-directeur général de la Chambre de commerce de la province.

Toutefois, si la situation ne se débloque pas, les effets se feront vite sentir après la fin de semaine, estime-t-il. Il se peut, par exemple, que les produits frais, périssables, ou certains produits chimiques comme le chlore pour purifier l'eau des municipalités viennent à manquer.

Des gros bateaux dans l'eau.

Des dizaines de navires attendent d'accéder au port de Vancouver

Photo : Radio-Canada

Il ne faut pas sous-estimer les répercussions des blocages des voies ferrées, ajoute Val Litwin. Car, dit-il, cela pourrait prendre des semaines, voire des mois, pour que les effets d'un ralentissement des activités portuaires soient renversés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Économie