•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Destination Vanier : le promoteur immobilier en opération charme à Gatineau

Maquette du projet Destination Vanier, avec une future grande surface

Le projet Destination Vanier prévoit la construction d'un développement mixte, commercial et résidentiel, dans le secteur du Plateau à Gatineau.

Photo : Le projet / BBL CONSTRUCTION

Radio-Canada

Quelques dizaines de citoyens curieux et inquiets du développement du quartier du Plateau ont pu poser leurs questions au promoteur du controversé projet Destination Vanier, jeudi soir. Ils n’ont pas tous été rassurés.

Cela fait quatre ans que Sylvain Bertrand, le président de BBL Construction, travaille avec la Ville de Gatineau pour développer et modifier son projet immobilier, prévu à l’intersection du boulevard du Plateau et du chemin Vanier. Le projet a été approuvé le 22 octobre 2019 par le conseil municipal, malgré l’opposition des élus d’Action Gatineau.

Pour la première fois, le promoteur et des résidents ont pu échanger jeudi leurs points de vue lors d’une session d’information.

C'est de la promotion de gros détaillants et ça défavorise les petits commerçants locaux, les petites épiceries. C'est trop gros, a déploré Danielle Bastrache, qui estime par ailleurs qu'un centre commercial serait peu esthétique dans le quartier.

L'une des inquiétudes de Vincent Brunet, un résident du secteur, est qu'il y ait plus de bouchons de circulation sur le chemin Vanier, déjà bien congestionné. Cette inquiétude est partagée par Moïse Djondo qui emménagera à proximité du projet en juillet. M. Djondo est malgré tout en faveur du développement du Plateau et il croit que le promoteur trouvera une solution à la congestion.

Moïse Djondo devant les pancartes d'information du promoteur immobilier de Destination Vanier.

Moïse Djondo voit la circulation s'alourdir sur le chemin Vanier, tout près du boulevard du Plateau.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Depuis des mois, le projet Destination Vanier sème la controverse parmi les résidents du Plateau. Ils demandaient depuis longtemps à être consultés et regrettent le caractère tardif de cette session d'information.

On reconnaît que la Ville ne demande pas au promoteur de consulter, mais pour un projet de cette envergure, ça aurait été la moindre des choses, estime Bettyna Bélizaire, la présidente de l’Association des résidents du Plateau (ARP).

Bettyna Bélizaire pose pour la caméra.

Bettyna Bélizaire est présidente de l’Association des résidents du Plateau. Elle regrette que cette session d'information arrive si tard dans le processus.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Selon Mme Bélizaire, c’est un projet qui va dénaturer le Plateau. Elle regrette que des arbres aient déjà été abattus dans un secteur boisé adjacent au chemin Vanier.

On est en train de remettre en question le smartcenter qui se trouve déjà dans le Plateau. Quand on voit qu’ils sont en train de recréer la même chose, on se demande pourquoi être consultés si c’est pour que d’autres projets aillent de l’avant, indique la présidente de l’ARP.

Une construction qui s’étalera sur dix ans

Sylvain Bertrand, le président de BBL Construction, face à la caméra

Sylvain Bertrand, le président de BBL Construction, estime que son projet est mal connu.

Photo : Radio-Canada

Le promoteur a pour sa part expliqué que, si la première phase du projet a effectivement une vocation commerciale avec quatre bâtiments d’un étage et du stationnement en surface, il y aura d’autres phases de développement.

Selon ses dires, les phases suivantes comprendront du résidentiel et des stationnements souterrains, ainsi que des pistes cyclables et des installations à proximité du futur corridor du tramway.

Les gens qui vont venir ce soir ont une chance d’influencer le développement au cours des dix prochaines années.

Sylvain Bertrand, le promoteur du projet Destination Vanier

Le président de BBL Construction se dit ouvert aux propositions de la population. Est-ce que cela va influencer la première phase? Peut-être un petit peu moins, mais c’est la première de dix phases. C’est certain qu’avec le temps, on va intégrer les bonnes idées qu’on va entendre ce soir, a promis M. Bertrand.

Le promoteur de Destination Vanier affirme aussi avoir intégré les considérations environnementales dans son projet.

Un conseil municipal divisé

Plusieurs conseillers municipaux se sont d'ailleurs déplacés pour rencontrer les citoyens. Ils ont salué la séance d'information de l'entrepreneur.

C'est bien ce qui est fait pour informer la population. Il y avait certaines faussetés qui étaient dites sur le projet, que ce serait un mégacentre commercial comme ce qu'on voit au Walmart, alors que ce n'est pas ça du tout. Le projet va bien desservir les gens du secteur, a salué le conseiller du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin.

Il a fait partie des voix en faveur du projet au conseil municipal lors d'un vote serré de 10 contre 8 pour l'approbation de Destination Vanier.

Ce qu'on voit ce soir, du résidentiel, n'a pas encore été approuvé au conseil. C'est sûr que quand le projet va comprendre plus de densité, comme du résidentiel, ce sera plus intéressant, réplique Maude Marquis-Bissonnette, conseillère du district du Plateau. Il n'en reste pas moins que c'est beaucoup de stationnements de surface, ce n'est pas une zone axée sur le transport en commun, alors qu'au schéma d'aménagement, c'est ce qui était planifié. Donc je demeure sceptique par rapport à l'intérêt de ce projet-là pour le quartier.

Lors du vote du 22 octobre 2019 au conseil municipal de Gatineau, tous les élus d’Action Gatineau se sont opposés au projet, notamment pour permettre aux résidents de s’exprimer sur le dossier. Mais la résolution a finalement été adoptée, à 10 voix pour et 8 voix contre.

Un panneau d'une entreprise de construction près d'un champ à gatineau.

Le projet Destination Vanier a divisé le conseil municipal de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Certains élus ont insisté sur l’importance de s’éloigner de ce type de mégacentre, où la voiture est reine, et qui ne va pas dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a même parlé d’un modèle de développement dépassé.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et Boris Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Industrie de la construction