•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une politique du patrimoine à Matane?

Datant de 1896, la maison Horace-Bouffard est très bien conservée.

Datant de 1896, la maison Horace-Bouffard est très bien conservée. (archives)

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Michel-Félix Tremblay

Un enseignant en histoire du Cégep de Matane croit que la protection du patrimoine bâti doit passer par un programme de restauration et une réelle politique de préservation.

La décision de la Ville de Matane de retirer à la maison Horace-Bouffard sa citation comme immeuble patrimonial relance le débat autour de la préservation des bâtiments historiques, affirme Louis Audet.

Selon lui, le fait de citer un immeuble ne change pas grand-chose. Avec le retrait de la citation de la maison Horace-Bouffard, il ne restera que le presbytère Saint-Jérôme et le phare comme biens cités par la Ville.

L'enseignant croit que Matane doit, à l'instar de Rivière-du-Loup, se doter d'une politique claire pour aider financièrement et techniquement les propriétaires d'immeubles à valeur patrimoniale.

On peut établir des critères pour sélectionner des édifices qui devraient être préservés et mis en valeur.

Louis Audet, enseignant en histoire, Cégep de Matane

Celui qui donne un cours sur le patrimoine régional ajoute que Matane fait déjà bonne figure en matière de valorisation du patrimoine.

D'ailleurs, il insiste sur le fait que son but n'est pas de faire des reproches, mais de susciter une réflexion constructive.

Toutefois, Matane doit à nouveau innover, mais cette fois pour la protection du patrimoine, croit Louis Audet.

L'enseignant en histoire pour le programme Sciences humaines au Cégep de Matane, Louis Audet.

L'enseignant en histoire pour le programme Sciences humaines au Cégep de Matane, Louis Audet.

Photo : Radio-Canada / Adrianne Gauvin-Sasseville / Luc Paradis

Ce programme pourrait aider le comité qui tente de sauver l'église Saint-Jérôme, barricadée depuis l'automne 2018, juge Louis Audet.

Un souhait réalisé en 2021?

Les élus ont récemment levé la main pour participer à un nouveau programme du ministère de la Culture destiné à soutenir les Municipalités qui veulent mieux protéger leur patrimoine immobilier.

Le programme permet la restauration de bâtiments privés et publics. Les propriétaires pourront recevoir une subvention couvrant de 50 % à 70 % des coûts admissibles. Celle-ci proviendra à parts égales du Ministère et de la Municipalité.

On ignore cependant pour l'instant combien d'argent la Ville de Matane entend consacrer à ce nouveau programme.

Le presbytère Saint-Jérôme de Matane

Le presbytère Saint-Jérôme de Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Ville participe déjà au Programme Rénovation Québec qui permet aux propriétaires d'immeubles du centre-ville d'obtenir une aide financière pour embellir leur propriété.

Une proportion de 15 % peut être offerte aussi à l'extérieur de la zone désignée, mais selon Louis Audet, il faut aller plus loin.

Il serait important de réunir divers types de partenaires, des spécialistes du patrimoine, des assureurs, mais aussi des partenaires financiers privés et publics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Affaires municipales