•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville rassurante par rapport à l'achalandage au Grand Marché

Mais des commerçants demeurent inquiets.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Entrée vitrée moderne sur une façade en briques avec l'inscription Le Grande Marché.

Le Grand Marché de Noël du 21 novembre au 31 décembre

Photo : Le Grand Marché

Radio-Canada

La Ville de Québec et la Coopérative des Horticulteurs veulent se faire rassurantes quant à l'achalandage du Grand Marché, huit mois après son ouverture.

L’achalandage estival a même été au-delà de leurs attentes, estime la Coopérative des Horticulteurs.

Après les trois premiers mois d’ouverture, près de la moitié des résidents de Québec avaient visité le Grand Marché au moins une fois, indique le directeur général, Daniel Tremblay.

Pendant le marché de Noël, 300 000 visiteurs s’y sont déplacés, dont près de 20 % de touristes.

De la fin novembre à la fin décembre, c’est deux fois plus de personnes qui ont fréquenté le Grand Marché que le Marché du Vieux-Port, insiste le maire de Québec, Régis Labeaume.

L’achalandage a tout de même connu une baisse durant les mois de janvier et février. C’est un cycle semblable à ce qu’on a vécu dans le Vieux-Port, rassure Daniel Tremblay.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Daniel Tremblay au micro d'ICI Québec

Inquiétude chez les marchands

Plusieurs commerçants avouent avoir quelques inquiétudes.

Ce n'est pas selon mes attentes. Il y a des gens qui laissent entendre qu'ils auraient de la difficulté à passer à travers, lance Jacques Côté, du Comptoir des produits alcoolisés québécois.

C'est moins bon si on compare avec le Marché du Vieux-Port, à cette période de l'année. On n'a pas encore fait un an, mais il va falloir qu'il se passe quelque chose, ajoute Valérie Paquet, la gérante de la boutique Miel des Ruisseaux.

Pour sa part, Sylvie Massé du commerce Chocolat Harmonie qui n'a pas connu l'ancien emplacement est plus optimiste.

Il y a des moments où ça l'a piqué un petit peu, mais avec les Remparts, les pee-wee et la Saint-Valentin, on a roulé, relate-t-elle.

Selon la Coopérative des Horticulteurs, les commerçants seraient globalement satisfaits. Depuis l’automne, on a rencontré individuellement chacun des marchands et tous étaient très heureux, soutient le directeur général Daniel Tremblay.

Plus pour les touristes

Le maire et le directeur général de la Coopérative admettent que plus d’efforts devront être mis pour attirer plus de touristes.

Est-ce qu’il reste du travail à faire? Oui. Pour l’ouverture du marché, ce qui était important c’est d’avoir l’adhésion de la population locale. Maintenant l’objectif à court et moyen terme, c’est d’avoir une plus grande clientèle touristique.

Daniel Tremblay, directeur général de la Coopérative des Horticulteurs de Québec

La navette touristique partant du Château Frontenac n’a d’ailleurs pas donné de résultats concluants. Le directeur général laisse planer un doute quant à son retour.

Données basées sur des sondages

Le Grand Marché n’est pas équipé d’appareils qui permettraient de comptabiliser quotidiennement le nombre de visiteurs qui y entrent. On travaille pour mettre en place ce genre d’équipement et nous le ferons à la hauteur de nos capacités avec les nouvelles technologies disponibles, promet Daniel Tremblay.

La firme Léger a fait donc différents types sondages pour livrer à ces résultats. Les données se basent sur les réponses de 540 personnes interrogées au Grand Marché et sur les résultats d’un sondage fait en ligne auprès de 500 répondants.

C’est la méthode qui est utilisée par Tourisme Québec pour toutes les organisations qui demandent des subventions, assure le maire.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !