•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Départs massifs dans l'entourage de la ministre Marie-Eve Proulx

Mauvais style de leadership et surcharge de travail, disent les oppositions.

La ministre responsable de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Marie-Eve Proulx.

La ministre responsable de la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Marie-Eve Proulx

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vague de départs dans l'entourage de la ministre Marie-Eve Proulx provoque plusieurs réactions à l'Assemblée nationale.

Il y aurait eu 14 départs en un peu plus d'un an parmi les personnes qui travaillent pour la ministre. D'anciens collaborateurs et employés font état d'insultes, de harcèlement, d'intimidation et de climat de travail toxique, selon le Journal de Québec.

Les partis d'opposition dénoncent ce mode de gestion.

Ce n'est pas le style de leadership auquel on s'attend en 2020 de la part d'une ministre ou de la part de tout supérieur dans tout milieu de travail, affirme le député de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

Tâche trop lourde

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, croit que c'est un indicateur de ce que Marie-Eve Proulx en a trop à gérer.

En plus d'être ministre déléguée au Développement économique régional, Mme Proulx est responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Nommez-nous un ministre responsable du Bas-Saint-Laurent uniquement, un pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine uniquement et un pour Chaudière-Appalaches. Mme Proulx choisira une des trois régions, mais pas les trois. Ça m'apparaît beaucoup trop. Je le dis depuis le début, lance Pascal Bérubé.

L'ancien maire de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers, a été conseiller de Marie-Eve Proulx. Il fait le même constat.

Elle a une grande région à couvrir et un poste de notoriété provinciale. Elle doit être à l'occasion fatiguée de courir du nord au sud et de l'est à l'ouest de la province. Des réactions de fatigue peuvent faire dire des choses qu'on n'aurait pas dites si on avait été plus zen, explique Jean-Guy Desrosiers.

Il souligne aussi que plusieurs anciens employés au bureau de circonscription étaient sans expérience politique quand elle est entrée en poste. Cela pourrait expliquer en partie, selon M. Desrosiers, l'insatisfaction de la ministre par rapport à ses collaborateurs.

Sous contrôle, selon la CAQ

La ministre Andrée Laforest a déjà partagé son bureau avec Marie-Eve Proulx à l'Assemblée nationale. Elle se dit étonnée de la situation décrite par d'anciens collaborateurs de Mme Proulx.

Honnêtement, ça m'étonne. Quand je partageais mon bureau avec Marie-Eve, ça se passait très, très bien. Je n’ai aucune connaissance de problèmes, soutient Andrée Laforest.

Le premier ministre du Québec assure que la situation est réglée.

C'est de la régie interne. Il y a toutes sortes de raisons pour chaque cas. Mme Proulx a un directeur de cabinet, Jacques Hudon, qui a beaucoup d'expérience. Je pense que la situation va bien actuellement, affirme François Legault.

La ministre Proulx affirme qu'il s'agit de régie interne.

Par voie de communiqué, elle a tenu à ajouter que [je] tiens à m’entourer de personnes de confiance et de l’équipe la plus appropriée et compétente, pour remplir mon rôle de députée et de ministre et servir les Québécois de mon mieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !