•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un festival country au cœur de Montréal

L'homme devant un micro a les bras ouvert et porte une guitare en bandoulière.

Luke Bryan, en concert à Nashville le 9 juin 2019, sera un invité vedette du Festival de musique country Lasso Montréal.

Photo : Getty Images / Jason Kempin

Cecile Gladel

Non, il n’y aura pas de rodéos, de concours d’attelage ou de courses de chevaux à Lasso Montréal, le nouveau festival de musique country métropolitain. Le dernier né des festivals montréalais se veut urbain et en musique seulement.

Il n’y aura pas d’animaux, le festival est 100 % musique, souligne Nick Farkas, vice-président à la programmation d’evenko, organisateur de Lasso Montréal.

En août prochain, l’île Sainte-Hélène prendra donc des airs westerns pour accueillir plusieurs artistes de la scène country américaine et canadienne.

Pourquoi evenko, déjà derrière les festivals Osheaga, ÎleSoniq, 77 Montréal et Heavy Montréal (qui n’aura pas lieu cette année), a-t-il décidé de se lancer dans le country? Parce que la montée de l’écoute de la musique numérique nous montre que les chiffres du country sont forts. En faisant une couple de spectacles, on a constaté l’intérêt du public. Les billets pour le spectacle de Luke Bryan au Centre Bell se sont vendus en une seule fin de semaine, explique Nick Farkas.

D’ailleurs, le chanteur country américain sera l’une des têtes d’affiche du festival Lasso Montréal, avec Brad Paisley, Old Dominion et Morgan Wallen. Outre des artistes des États-Unis, quelques artistes du Canada comme MacKenzie Porter, Le James Barker Band, Tebey, The Washboard Union et les Québécois Matt Lang (Mathieu Langevin) et Phil G. Smith font partie de la programmation de ce premier festival country.

L'homme regarde sur le côté.

Matt Lang

Photo : Kim Gaudreau

S’il y a peu d’artistes du Québec pour le moment, Nick Farkas suggère d’attendre que la programmation de la troisième scène soit annoncée. Est-ce que Guylaine Tanguay, l’une des artistes country québécoises les plus populaires du moment, sera de ce festival? Il faudra attendre l’annonce pour le savoir.

Le country a changé

Le fait que la musique country ait changé ces dernières années a aussi donné l’engouement nécessaire pour lancer ce nouveau festival. Le country a une approche plus pop rock depuis cinq ou six ans, et les radios ont commencé à diffuser ce type de musique, explique Nick Farkas.

Outre le fait que le genre musical soit de plus en plus populaire, un nouveau festival sur le même site que les festivals Osheaga et ÎleSoniq permet à evenko de mettre sur pied Lasso Montréal à des coûts moindres. L’infrastructure est déjà en place. On va la modifier, il y aura moins de scènes, mais c’est un avantage, car ainsi, on peut tester le concept. Jusqu'à maintenant, les ventes vont bien, explique Nick Farkas, qui avoue que les choses changent vite, car si on lui avait dit, il y a cinq ans, qu’il aurait programmé un festival country, il n’y aurait pas cru.

Un événement familial

La programmation du festival, qui va durer deux jours, est pensée pour ratisser large. On vise une clientèle de 10 à 60 ans pour créer un événement familial en ville.

Pas de camping comme au Festival western de St-Tite; après les spectacles, les gens vont retourner au centre-ville ou à leur hôtel. On n’est pas en compétition avec ce festival qui existe depuis plus de 50 ans et existera encore dans 50 ans. À St-Tite, il y a plus le côté western. On vise plus une clientèle urbaine qui vient en métro, conclut Nick Farkas.

Lasso Montréal se tiendra les 14 et 15 août au parc Jean-Drapeau à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts