•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-Matanais meurt dans une avalanche dans les Chic-Chocs

Une avalanche

Une avalanche

Photo : iStock

Joane Bérubé

La Sûreté du Québec a dévoilé l’identité du skieur mort dans l’avalanche qui a eu lieu mercredi dans les Chic-Chocs. Il s’agit d’un homme de 32 ans, Jean-Marc Dion de Québec, autrefois de Matane.

L’homme faisait partie d’un groupe de quatre personnes parties skier, mercredi matin dans le secteur nord des Mines Madeleines, dans une pente nommée « Joe Louis ».

L’avalanche a été déclenchée vers 11 h 20 par deux des skieurs qui ont alors été ensevelis sous la neige. Leurs compagnons leur ont aussitôt porté secours et ont réussi à les retrouver. Une personne n’avait plus de pouls lorsqu’elle a été extirpée de la neige, d'après le récit des secouristes.

Une autre a subi de légères blessures.

L’appel d’urgence a été reçu presque immédiatement après que soit survenue l’avalanche.

Un des skieurs a en effet réussi à capter un signal cellulaire, ce qui est très exceptionnel dans le secteur. Il y a la possibilité à certains endroits d’avoir un signal cellulaire. Depuis le sommet, la personne a été capable d’alerter le 911 et de mettre en branle les équipes pour l’intervention d’urgence , raconte Dominique Boucher, directeur d’Avalanche Québec.

Selon M. Boucher, le sommet à cet endroit surplombe tout le secteur de la côte où sont installées les antennes cellulaires ce qui permet de communiquer, ce qui est pratiquement impossible ailleurs dans le massif montagneux.

Plusieurs personnes sont en ski sur une montagne enneigée.

Randonnée en ski hors-piste dans les monts Chic-Chocs

Photo : Benoit Bisson

Dominique Boucher relève que dans les cas d’avalanche, les statistiques démontrent que les chances de survie d’une personne ensevelie sont excellentes si l’intervention survient dans les 5 à 10 minutes après l’événement. Les chances de survie diminuent jusqu’à 50 % après seulement 15 à 20 minutes, poursuit M. Boucher.

Le directeur des services incendie de Sainte-Anne-des-Monts, Steve Dumont, souligne aussi que cette rapidité d’intervention des membres du groupe a été très importante pour la suite de choses. C’est ce qui a fait que le bilan n’est pas plus lourd ce matin , commente Steve Dumont qui est responsable des opérations de sauvetage dans le territoire non organisé de la MRC de la Haute-Gaspésie, ce qui inclut le parc de la Gaspésie et une partie de la réserve des Chic-Chocs où est survenu l’accident.

Le groupe était aussi, semble-t-il, bien équipé, rapporte Dominique Boucher.

Intervention d'urgence en montagne

L’avalanche est survenue dans un secteur difficile d'accès, situé à 17 km de la route 299.

Les motoneigistes, raconte M. Dumont, ont eu de la difficulté à se rendre. Dans la nuit, il était tombé un bon 25 cm, avec le vent qui a déplacé la neige, il y avait des endroits où il y avait quasiment 100 cm de neige , explique Steve Dumont.

Ce genre d’intervention d’urgence demeure toujours délicate. Il y a toujours une possibilité d’avoir une deuxième avalanche , commente M. Dumont.

Steve Dumont souligne l’excellente collaboration lors de l’intervention d’urgence entre les différentes équipes sur le terrain, les services d’urgence, les gardes du parc, le personnel d’Avalanche Québec.

On a un beau terrain de jeu dans le parc de la Gaspésie. Tout jeu comporte des risques, dont celui d’avalanche.

Steve Dumont, responsable des interventions d’urgence dans le parc de la Gaspésie et dans une partie de la réserve des Chic-Chocs.

Le pompier rappelle qu'il est essentiel que les skieurs hors-piste consultent les prévisions d’Avalanche Québec avant de se rendre dans les Chic-Chocs.

Analyse du manteau neigeux

Analyse du manteau neigeux

Photo : Radio-Canada

Les risques d’avalanche étaient considérables, mercredi dans le secteur skiable des pentes alpines des Chic-Chocs. Selon Avalanche Québec, ces risques demeureront en vigueur jusqu’à vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Accidents et catastrophes