•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de l’artiste Serge Brunoni

Artiste peintre debout, une coupe de vin à la main, tout sourire.

L'artiste-peintre Serge Serge Brunoni est décédé mercredi matin des suites d'une longue maladie pulmonaire.

Photo : Agence Multi art

Linda Corbo

L’artiste peintre Serge Brunoni est décédé mercredi matin des suites d’une longue maladie pulmonaire.

Son agente des vingt dernières années, Natalie Beauchamp, ainsi que l’un de ses fils, Hugues Brunoni, ont confirmé le départ de cet artiste trifluvien qui a fait la fierté de sa ville.

Né en France en 1938, l’homme était arrivé au Québec au milieu des années 1960 après avoir fait son service militaire et avoir évolué dans la construction d’un chemin de fer en Afrique. Il est rapidement devenu un Trifluvien de résidence et de coeur, partage son agente.

Il avait adopté Trois-Rivières. Cette appartenance à son pays et sa ville d’adoption aura tout autant d’importance dans son œuvre que dans sa façon de regarder la vie, dont il sera toujours un observateur attentif, critique sans jamais tomber dans l’amertume ou le négativisme, écrit-elle par voie de communiqué.

Tableau de l'artiste peintre Serge Brunoni, qui illustre une foule circulant sur une rue piétonnière urbaine.

Toile de l'artiste-peintre trifluvien Serge Brunoni.

Photo : Agence Multi art

C’est en 1969 qu’il s’est découvert une passion pour la peinture et en 1972 qu’il est devenu artiste-peintre autodidacte sur une base professionnelle. Pendant cinq décennies, c’est par son art qu’il a marqué la petite histoire du Québec, souligne Natalie Beauchamp.

Il n’a pas fait le compte exact, écrit-elle, mais il a dû signer entre 7000 et 8000 toiles en carrière dont un nombre incalculable de fois des paysages urbains de Montréal, le charme du Vieux-Québec et l’incontournable rue des Ursulines, à Trois-Rivières. On le retrouve partout au pays, dans les grandes collections et son travail franchit même les frontières se retrouvant ailleurs sur la planète.

En 2012, dans le cadre des cérémonies en l’honneur des soixante ans de règne de la reine Élisabeth II, il a reçu la médaille du Jubilée de Diamant, rappelle-t-elle aussi.

Mme Beauchamp note par ailleurs sa grande générosité, lui qui donnait annuellement 5% des profits de sa production à diverses œuvres caritatives.

C’était un homme d’un talent rare, d’une intelligence hors du commun et d’une générosité hors pair. J'aurais adoré l’avoir comme professeur d’histoire. Il captivait les gens. On pouvait l’écouter pendant des heures.

Natalie Beauchamp, agente de l'artiste au cours des 20 dernières années

L’artiste avait dû ralentir sa production au cours des dernières années en raison de son état de santé. Sa maladie pulmonaire avait été diagnostiquée en septembre 2016.

Veuf depuis 2007, il laisse dans le deuil ses fils, Nicolas et Hugues, ainsi qu’une communauté culturelle trifluvienne qu'il a marquée.

La famille Brunoni fera connaître les détails des hommages au cours de prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Arts visuels