•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les partis d'opposition réclament de plus longues prestations en cas de maladie grave

Une patiente souffrant du cancer se repose après un traitement de chimiothérapie

L'assurance-emploi prévoit actuellement une période de prestations de 15 semaines en cas de maladie grave. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Tous les partis d'opposition à la Chambre des communes ont voté en faveur d'une motion, mercredi, pour faire passer de 15 à 50 semaines les prestations d'assurance-emploi pour les personnes atteintes de maladies graves.

Les bloquistes, les néo-démocrates et les conservateurs souhaitent que cette mesure soit adoptée dès le dépôt du prochain budget du gouvernement Trudeau.

Les libéraux n'ont cependant pas voté pour cette motion. Ils souhaitent aussi augmenter le nombre de semaines de prestations, mais de façon plus modeste, en le faisant passer de 15 à 26 semaines.

Il répond aux questions d'un journaliste dans son bureau.

Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas

Photo : Radio-Canada

Selon le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, ce vote est une victoire pour les personnes atteintes de maladies graves.

Il espère que ce front commun des partis d'opposition poussera les libéraux à changer d'avis.

Les libéraux, on souhaite grandement qu'ils puissent réfléchir de leur côté pour emboîter le pas jusqu'à 50 semaines.

Maxime Blanchette-Joncas, député bloquiste de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Une bonne nouvelle, mais...

Pour la Louperivoise d'origine Marie-Hélène Dubé, qui milite depuis plus de 10 ans pour faire augmenter le nombre de semaines de prestations, l'adoption de cette motion est une bonne nouvelle et envoie un message clair. Elle se questionne cependant sur les intentions des libéraux.

C'est étonnant ce qui s'est passé du côté des libéraux. On voit qu'il y a eu une ligne de parti qui a été dictée, très clairement, déplore-t-elle.

La fondatrice du mouvement 15 semaines, ce n'est pas assez, Marie-Hélène Dubé.

Depuis plus de 10 ans, Marie-Hélène Dubé milite pour faire prolonger les prestations d'assurance-emploi offertes en cas de maladie grave.

Photo : Radio-Canada

Mme Dubé croyait cependant avoir réussi à sensibiliser Justin Trudeau à ce sujet, lors d'une rencontre qu'elle avait obtenue avec le premier ministre l'an dernier.

C'est surprenant, considérant le contexte de la rencontre qu'on avait eue en décembre avec M. Blanchet et M. Trudeau.[...] M. Trudeau avait reconnu que 26 semaines, ce n'était pas suffisant.

Marie-Hélène Dubé, responsable de la campagne « 15 semaines, ce n'est pas assez! »

L'an dernier, une enquête réalisée par le gouvernement lui-même avait d'ailleurs révélé que près de la moitié des personnes qui ont recours aux prestations fédérales pour les maladies graves n'étaient pas en mesure de reprendre le travail après 15 semaines.

Marie-Hélène Dubé souhaite maintenant solliciter une autre rencontre avec des représentants du gouvernement fédéral pour mieux connaître les intentions d'Ottawa en vue du prochain budget.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse et d'Alexandre Courtemanche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !