•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carambolage monstre sur l'A-15 : Bonnardel veut sécuriser les lieux « rapidement »

Le plus récent bilan fait état de deux morts et de 29 blessés, dont un dans un état grave.

Les secouristes s'affairent près des véhicules endommagés.

De nombreux véhicules ont été pris dans le carambolage.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Le ministre québécois des Transports souhaite sécuriser le secteur de l'autoroute 15 sud, à La Prairie, en Montérégie, où s'est produit un énorme carambolage mercredi midi. Il ne sait cependant pas encore quelles mesures pourraient permettre d'y arriver.

J’ai l’intention d’agir rapidement […] pour sécuriser le secteur, qui n'est vraiment pas évident, a déclaré le ministre François Bonnardel, jeudi, au micro de Tout un matin, sur les ondes d'ICI Première.

Tout indique que le carambolage de mercredi a été causé par un phénomène appelé blanc dehors, voile blanc ou mur blanc : les vents soulèvent la neige, ce qui rend la visibilité nulle au point de faire disparaître tous les points de repère.

Toutes les options sont envisagées, a-t-il dit : des panneaux pour indiquer la possibilité de vents violents au mur coupe-vent, en passant par l'ajout de végétaux qui permettraient d'atteindre le même objectif. Il faudra être logique et composer avec le peu d'espace à droite de la route, voisine de la berge du fleuve Saint-Laurent.

M. Bonnardel a constaté que les gens ont été un peu surpris par sa déclaration de mercredi quant au fait que le tronçon en question n'est pas considéré comme accidentogène. Tout en reconnaissant qu'il ait pu paraître froid au lendemain d'un événement immensément malheureux, mais qu'on ne pouvait pas prévoir, il a cité des statistiques et souligné qu'il n'y a qu'une dizaine d'accidents par année dans ce secteur où passent quotidiennement quelque 60 000 véhicules.

Mais malgré cela, il lui faut prendre acte du drame de mercredi et prendre des mesures pour éviter qu'il ne se reproduise, a-t-il convenu.

Je connais bien ce coin, je passe là souvent, a-t-il indiqué, ajoutant qu'il y a lui-même constaté la présence de forts vents et d'une visibilité parfois limitée.

Selon le ministre Bonnardel, des opérations de déneigement avaient eu lieu sur l'A-15 dans ce secteur, mercredi, à 11 h 26 et 11 h 56. Les collisions ont commencé vers 12 h 30.

Le ministre des Transports en mêlée de presse.

François Bonnardel entend adopter rapidement des mesures correctives.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le maire de La Prairie, Donat Serres, a souligné mercredi que la configuration de l’autoroute a été changée au début des années 2000 et que la voie rapide a été élevée. Cela a créé un effet de tremplin qui propulse la neige à la hauteur des parebrises, a-t-il dénoncé.

Je pense qu’il faut un plan d’intervention et qu’on trouve des solutions, a-t-il réclamé.

De nombreux résidents de la région, qui ont dit emprunter régulièrement le tronçon dont il est question, ont affirmé à Radio-Canada que celui-ci « extrêmement dangereux » que les épisodes de mur blanc sont régulier.

Les habitués préfèrent passer par le boulevard Taschereau dès que les conditions météo se compliquent, ont noté certaines personnes.

Les deux morts identifiés

Sur l'autoroute 15, jeudi matin, il ne restait presque plus de trace de la catastrophe qui a coûté la vie à deux personnes, identifiées en fin d'avant-midi.

Il s'agit de Charles Rivard, 54 ans, et de Pierre Boudreau, 69 ans, tous deux de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le drame a aussi fait 29 blessés, selon un nouveau bilan. La Sûreté du Québec (SQ) a précisé jeudi matin que l'un d'entre eux se trouvait dans un état grave à l'hôpital.

Les deux hommes qui ont perdu la vie dans le carambolage sont longtemps restés coincés dans leur véhicule, qui était pris en partie sous un camion-citerne, avant d'en être extirpés vers 18 h. Leur voiture était difficile d'accès, car elle était au milieu d'un amas de ferraille.

On sait que ces gens-là étaient impliqués dans une collision impliquant notamment un camion-citerne, ce qui rendait l’opération de secours plus difficile pour les premiers répondants, a déclaré en soirée Stéphane Tremblay, porte-parole de la SQ.

Près de 140 véhicules sont entrés en collision sur près d'un kilomètre, avec plusieurs poches d'accidents, a précisé la SQ jeudi matin. Et 70 d'entre eux auraient été endommagés. Les autres sont demeurés immobilisés pendant plusieurs heures.

Mercredi, la SQ parlait d'environ 200 véhicules.

On a dû procéder à plusieurs désincarcérations de véhicules. En tout, neuf véhicules ont dû être désincarcérés, a indiqué Marc-André Breton, directeur du Service de sécurité incendie de La Prairie.

Un autobus scolaire a été lourdement endommagé, mais aucun de ses passagers n'a été blessé.

À 21 h 30, un camion-citerne a été remorqué. Peu après, c'était au tour d'un autobus, soit le dernier véhicule qui obstruait la voie. À 22 h, tous les véhicules avaient été retirés de la voie rapide.

Au même moment, des chasse-neige s'affairaient à enlever tous les débris qui restaient sur l'asphalte. De la machinerie s'activait à épandre du sel pour rendre la chaussée sécuritaire.

Urgence-Environnement avait été appelé sur les lieux pour procéder à l'épandage de matière absorbante sur l'autoroute afin de récupérer tout déversement de carburant et pour nettoyer les lieux.

Vers 23 h, les autorités ont rouvert l'autoroute 15 en direction nord entre La Prairie et Brossard. Le tronçon en direction sud a été rouvert un peu après 1 h.

Un automobiliste est assis dans sa voiture, dont l'avant est très abîmé.

Des automobilistes se sont retrouvés coincés dans des véhicules lourdement endommagés.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Soigner les blessés

Un code orange avait été déclenché à l'Hôpital Charles-Le Moyne, à l'Hôpital du Haut-Richelieu et au Centre hospitalier Anna-Laberge en raison du nombre important de blessés.

Les autorités ont fait état d’une quinzaine de transports ambulanciers vers les hôpitaux.

Environ 150 personnes ont été transportées par autobus vers le Centre multifonctionnel Guy-Dupré, situé à La Praire, où un centre de triage a été aménagé afin d’évaluer leur état de santé. Elles ont pu y décompresser. De la nourriture, des boissons et des couvertures leur ont notamment été offertes.

Sébastien Lavoie, chef de division au Service de sécurité incendie de La Prairie, a souligné que plusieurs personnes avaient eu la peur de leur vie.

J’ai parlé à quelques personnes qui ne voyaient rien et par la suite elles ont vu des camions de très près. Ces gens ont tout de suite été mis à l’écart et on s’est occupé d’eux, a-t-il dit.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accident de la route

Politique