•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque près du métro Beaubien : le suspect est accusé d'agressions armées

Un écusson sur une épaule disant « Police », « Montréal » et « SPVM » est photographié de près. Les insignes sur l'épaule et la couleur dorée suggèrent qu'il s'agit de quelqu'un plus haut placé qu'un simple policier.

Le Service de police de la Ville de Montréal demandait mardi l’aide de la population pour retrouver le suspect.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

L'homme qui a été arrêté relativement à une attaque commise le 13 février près de la station de métro Beaubien doit maintenant répondre à trois chefs d'accusation d'agression armée.

Dans un communiqué publié jeudi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) explique qu'il a pu relier le suspect à deux autres agressions survenues sur le territoire de Montréal.

L'homme, qui a été arrêté mercredi, a comparu jeudi matin au palais de justice de Montréal. La police ne l'a pas identifié.

Le SPVM avait demandé mardi l’aide de la population pour retrouver le suspect. Des photos de lui prises par une caméra de surveillance sur le quai de la station de métro avant l'agression de la semaine dernière avaient été relayées.

L’attaque a été perpétrée avec une arme contondante le 13 février, vers 21 h, sur l'avenue De Chateaubriand.

Le suspect est arrivé par-derrière la victime, une femme dans la trentaine, et l’a frappée à la tête. Il lui aurait ensuite donné plusieurs coups sans lui faire savoir pourquoi il s’en prenait à elle avant de prendre la fuite.

Selon les autorités, l’individu avait un comportement erratique lorsqu'il se déplaçait à l’intérieur de la station Beaubien.

Avec les informations de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Agression