•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bagarres dans la LHJMQ : une opinion divisée chez les Olympiques

Des joueurs de hockey sur la glace pendant un entraînement.

Les Olympiques de Gatineau pendant une séance d'entraînement au Centre Robert-Guertin

Photo : Radio-Canada

Kim Vallière

Pour ou contre les bagarres dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ)? Les dirigeants du circuit devront débattre du sujet jeudi, alors qu’ils seront appelés à voter sur cette pratique. Leur décision sera suivie de près par les membres des Olympiques de Gatineau.

Certains joueurs ont conclu leur entraînement mercredi matin avec quelques simulations amicales de combat entre coéquipiers, pour le plaisir.

Personnellement, je pense que ça a encore un peu sa place dans le hockey pour plusieurs raisons, indique Vincent Martineau, qui faisait partie du petit groupe.

Parmi ces justifications, le défenseur mentionne qu’un combat est une façon de protéger les joueurs plus jeunes ou vedettes, de redonner un élan à une équipe en difficulté ou encore de faire payer l’adversaire pour un coup bas.

Quand on en a besoin, je n’hésite pas, mais je ne joue pas juste pour ça non plus. C’est de moins en moins présent.

Vincent Martineau, défenseur pour les Olympiques de Gatineau

Martineau, qui est né en 1999, n’a pas connu l’époque où la LHJMQ avait une moyenne de plus de deux bagarres par rencontre. Celle-ci est en baisse constante et se retrouve maintenant à 0,25 par partie, soit un combat tous les quatre matchs.

On peut aller d’un côté ou de l’autre, on sait déjà que le jeu est beaucoup moins violent. Il y a beaucoup moins de batailles et je trouve que ça va dans la bonne direction, explique l’entraîneur-chef des Olympiques, Éric Landry, lorsque questionné au sujet du vote.

M. Landry a vécu l’époque où le banc des joueurs était pratiquement vide à la fin d’une partie préparatoire parce que trop d'athlètes s’étaient battus. Il a joué dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et en Europe, dans des styles de jeu complètement différents.

Un homme avec l'uniforme des Olympiques de Gatineau en entrevue

Éric Landry, entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau

Photo : Radio-Canada

En prenant un pas de plus pour éliminer les bagarres, on va se retrouver avec une ligue qui ressemble plus à du hockey international, où à tous les niveaux, elles ne sont pas admises. En même temps, il y a encore des batailles permises dans la LNH et on sait que la LHJMQ, c’est une ligue tremplin pour la Ligue nationale, donc ça peut aider si ça arrive au niveau professionnel, détaille-t-il.

David Aebischer aussi connaît bien la différence entre le hockey européen et nord-américain. Le défenseur suisse n’a jamais eu à se battre avant d’arriver à Gatineau. Il a tenté l’expérience une fois, la saison dernière.

Je pense qu’ils devaient introduire les bagarres en Europe. Je trouve que c’est dommage de se bagarrer pour des petites mises en échec légales, mais après si c’est un coup salaud, ça ne se fait pas et il faut protéger le gars. Donc je suis un peu 50-50, dit le joueur de 19 ans, en réfléchissant à voix haute.

C’est à cette police d’assurance que semblent s’accrocher les joueurs, au fait qu’un joueur qui pose un geste déplacé ou dangereux sur la glace s’expose à des représailles.

Je ne pense pas que ça va éliminer complètement les bagarres que les joueurs soient suspendus ou punis pour les matchs, qu’ils ne puissent pas continuer les parties.

Éric Landry, entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau

Il y a deux façons de voir ça : il y a les arbitres qui sont là pendant une partie pour protéger tous les joueurs. En même temps, c’est certain qu’il y a des événements qui peuvent se passer entre deux joueurs, avec la façon dont fonctionne le hockey au Canada, ça peut en venir aux poings, mentionne Landry, qui admet avoir jeté les gants à quelques reprises pour se défendre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Hockey junior