•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie du tourisme en croissance dans les Maritimes

Les plages, les festivités et la culture acadienne attirent les touristes dans les Maritimes de plus en plus chaque année.

Photo : Office du tourisme de la Péninsule acadienne

Radio-Canada

Cinq millions de visiteurs ont choisi pour destination le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard ou la Nouvelle-Écosse en 2019. Une industrie en pleine croissance qui se réunit pendant deux jours, les 19 et 20 février, à Dieppe au Forum touristique acadien.

Depuis trois ans, on est sur une cote ascendante. Les résultats touristiques sont très bons. 2017 était bon, très bon même. 2018 on dépasse, 2019 on dépasse même ceux de 2018, expose Myriam Léger, directrice générale de la Commission du tourisme acadien du Canada atlantique.

Le forum touristique acadien à Dieppe au Nouveau-Brunswick.

Le lancement du forum touristique acadien à Dieppe a eu lieu le 19 février.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Pendant deux jours, des acteurs de l’industrie de toutes les provinces maritimes se sont rencontrés pour faire le point sur la dernière année, qui a connu une belle croissance, mais aussi pour explorer des moyens d’attirer plus de touristes, d’augmenter les revenus et de prolonger la saison touristique.

Camille Derrelle Aubut, stratège en développement touristique, apporte une nuance en disant que les bons chiffres de 2019 sont dus en grande partie au Congrès mondial acadien.

Camille Derelle Aubut, stratège en développement touristique

Camille Derelle Aubut est stratège en développement touristique.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

C'est quand même une bonne année parce qu’on voit qu'il y a peu près 35 % des entreprises touristiques qui ont vu une stagnation. 39 % qui ont vu une augmentation de leur fréquentation. On peut quand même dire qu'il y a eu une belle augmentation. C'est sûr que c'est quand même lié au Congrès mondial acadien, soutient-elle.

Selon cette stratège du tourisme, l’un des problèmes pour développer cette industrie est le manque de main-d’oeuvre.

De plus en plus, on voit que les visiteurs sont intéressés au mois de septembre et au mois d'octobre, mais là, on n'a personne pour les accueillir.

Camille Derrelle Aubut, stratège en développement touristique

Plusieurs partagent cette idée qu’il faudrait prolonger la saison touristique pour faire grandir l’industrie.

Brenda Gallant, directrice du marketing à Tourisme Île-du-Prince-Édouard.

Brenda Gallant est directrice du marketing à Tourisme Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Ce qu'on aimerait faire pour continuer à avoir des augmentations, c'est de regarder le mois de juin et même le mois de mai. Partout, on voit que ça commence au mois de juillet. C'est d'essayer de trouver des activités pour amener des gens plus tôt, évoque Brenda Gallant, directrice du marketing auprès de Tourisme Île-du-Prince-Édouard.

Pour Expérience Acadie, l’un des programmes de la Commission du tourisme acadien du Canada atlantique, l’expansion de l’industrie doit se chercher dans la création de produit et d’expériences touristiques vivantes.

Charles Robicheau, agent de développement touristique, Côtes acadiennes Yarmouth en N.-É.

Charles Robicheau est agent de développement touristique pour la région Côtes acadiennes et Yarmouth en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

C'est de développer les expériences et les produits. On peut faire beaucoup de marketing, mais les produits sont vraiment importants. Nous autres récemment, on a été désignés comme une réserve de ciel nocturne… On peut bien voir les étoiles. On essaie vraiment de développer des expériences, témoigne Charles Robichaud, agent de développement touristique pour les côtes acadiennes.

Malgré la croissance de l’industrie, le budget ne suit pas. En 2019, au Nouveau-Brunswick, le budget du tourisme est passé de 20 à 13 millions de dollars.

De plus, le ministre du Tourisme de la province, Robert Gauvin, a démissionné de ses fonctions ministérielles la semaine dernière afin de siéger comme député indépendant.

C'est primordial d'avoir un ministre du Tourisme. C'est quand même la troisième industrie du Nouveau-Brunswick, lance Camille Derrelle Aubut.

Avec les informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Tourisme