•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus: les premiers Canadiens en quarantaine à Trenton bientôt de retour à la maison

Un couple et un petit enfant en entrevue par Skype.

Megan Millward (à gauche), Lie Zhang (à droite) et leur fils Kieran dans leur chambre de la base militaire de Trenton en Ontario.

Photo : Radio-Canada

Colin Côté-Paulette

Le retour à la maison approche pour la première vague de Canadiens placés en quarantaine depuis leur arrivée de Wuhan en Chine.

Les Canadiens pourront quitter la base militaire de Trenton en Ontario vendredi, alors que des ressortissants qui étaient sur le bateau de croisière Diamond Princess reviendront au pays pour être placés en quarantaine à leur tour.

Ils seront évalués à Trenton, puis mis en quarantaine à Cornwall, dans l'Est de l'Ontario. 

Rentrer à la maison

Megan Millward, son conjoint Lie Zhang et leurs deux enfants pourront bientôt rentrer à Montréal.

En attendant, leur vie quotidienne sur la base militaire est loin d’être désagréable.

C'est un peu comme les vacances de Noël quand les enfants sont là 24 heures sur 24, explique Mme Millward.

Le panneau de l'hôtel militaire Yukon Lodge à Trenton.

Les évacués de Wuhan étaient installés pour vivre en quarantaine pendant deux semaines au Yukon Lodge, un hôtel construit pour le personnel militaire et les membres de leur famille (archives).

Photo : Radio-Canada / Mark Gollom

La mère de deux jeunes enfants dit avoir plus de temps qu’à l’habitude pour jouer avec ces derniers.

C’est comme de petites vacances avec les enfants. On fait des siestes quand on veut, on mange ce qu’on veut, c’est pas trop stressant, explique-t-elle.

Entre le petit déjeuner à 8 h et le souper à 17 h, la famille bénéficie donc amplement de temps libre.

Une situation idéale pour deux adultes qui possèdent chacun leur propre entreprise.

Une chambre d'hôtel.

Les lits des chambres de type motel dans lesquelles sont installés les évacués de Wuhan à la base militaire de Trenton, en Ontario (archives).

Photo : Radio-Canada

M. Zhang a toutefois eu de la difficulté à s’occuper de la paie de tous ses employés dans les dernières semaines. Il va falloir que je règle ça bientôt, indique-t-il.

Dans l’ensemble, le couple se dit satisfait de la manière dont le gouvernement canadien a géré leur rapatriement.

Effets psychologiques de la quarantaine

Si le couple semble heureux de leur séjour à Trenton, ce n’est toutefois pas toujours le résultat de ce genre de situation.

Une quarantaine peut s'avérer une expérience effrayante et isolante, explique la psychiatre de l’Université de Toronto, Rima Styra.

La docteure a étudié les effets psychologiques de la quarantaine sur les Canadiens lors de l'épidémie de SRAS en 2003.

Des gens descendent d'un avion.

Les Canadiens évacués de Wuhan, en Chine, descendent de l'avion qui les a conduits à Trenton, en Ontario (archives).

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Elle croit que les conditions de la quarantaine liée au coronavirus sont nettement mieux que celles du SRAS : Je pense que le gouvernement comprend cette fois-ci qu’il faut leur assurer un bon soutien psychologique pendant la quarantaine.

Mme Styra soutient également que la réaction à une quarantaine est différente d’un individu à un autre. Plus la quarantaine est longue, plus il peut y avoir des effets psychologiques sur les gens qui la font, précise-t-elle.

Formalité du retour

Le gouvernement fédéral assurera le transport des Canadiens après leur quarantaine à l'aéroport Pearson à Toronto. Les proches seront aussi autorisés à venir les chercher à la base militaire de Trenton.

La famille Millward-Zhang, elle, s’est louée une voiture pour rentrer à Montréal.

L'agence de la santé publique du Canada ajoute que les Canadiens en quarantaine auront ensuite un suivi médical approprié à leur retour à la maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Société