•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le traversier Qajaq prisonnier des glaces à Blanc-Sablon

Un bateau a deux étages.

Le Qajaq W est un bateau construit en Norvège en 2010 (archives)

Photo : Courtoisie

Laurence Royer

Le navire Qajaq, qui effectue la traverse entre Blanc-Sablon et Terre-Neuve, n’a pas traversé depuis plus d’une semaine en raison de l’importante présence de glace dans le détroit de Belle Isle.

Un brise-glace de la Garde côtière canadienne, le CCGS Henry Larsen, est sur place depuis le début du mois de février. La présence de glace est toutefois rendue trop importante pour que le brise-glace puisse frayer un chemin au Qajaq, affirme un porte-parole de la Garde côtière.

Un brise-glace dans un océan gelé photographié du pont d'un bateau.

Le brise-glace Henry Larsen escortant le Qajaq l'hiver dernier (archives)

Photo : Envoyée par Hedley Ryland

Le Henry Larson est un de nos plus gros brise-glace. Lui-même a de la difficulté à bouger à travers la glace. La situation est aussi mauvaise que ça là-bas. C’est comme un entonnoir. Toute la glace s’entasse à cet endroit.

Un hélicoptère a été déployé pour les personnes qui veulent traverser d’une rive à l’autre. Toutefois, les véhicules ne peuvent pas traverser depuis le 11 février, ce qui entraîne plusieurs problèmes, selon Michel Beaudoin, un résident de Blanc-Sablon.

Il y a des camions qui sont au quai et qui attendent jour après jour. Ma fille est venue il y a quelques jours et il fallait qu’elle laisse sa voiture à Terre-Neuve. Elle essaye de ravoir sa voiture.

Le panneau annonçant le quai de Blanc-Sablon

Le panneau annonçant le quai de Blanc-Sablon

Photo : Radio-Canada / Jean-Louis Bordeleau

L'histoire se répète

Le Qajaq assure la traverse entre Blanc-Sablon et Sainte-Barbe, à Terre-Neuve, depuis un peu plus d’un an. Il a pris la relève de l’Apollo, un navire beaucoup plus âgé qui a été vendu à Québec pour faire la liaison entre Matane et la Côte-Nord et qui sera finalement coulé pour en faire un récif de plongée sous-marine.

En mars dernier, les glaces avaient aussi empêché le Qajaq de traverser pendant plusieurs jours. Il est même resté pris au large une nuit entière.

Le groupe Woodwart précise que le navire Apollo n’aurait pas non plus été capable de traverser dans ces conditions. Même le brise-glace de la Garde côtière n’a pas été en mesure de tracer un chemin dans la glace.

De son côté, la Garde côtière assure que le Qajaq reprendra la traverse dès que les conditions de navigation le permettront.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Transports