•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduction des émissions de CO2 : premier pas de Ciment McInnis

L'usine de Ciment McInnis à Port-Daniel-Gascons.

L'usine de Ciment McInnis à Port-Daniel-Gascons (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

La cimenterie de Port-Daniel est à la recherche d’une technologie permettant le captage et la valorisation de ses émissions de CO2.

Ciment McInnis, qui est entrée en production en 2017, émettra annuellement 1,8 million de tonnes métriques de gaz à effet de serre (GES) lorsqu’elle aura atteint son plein potentiel. Pour réduire ses émissions, la cimenterie souhaite analyser les solutions nationales et internationales.

On cible autant des entreprises qui peuvent être au Québec, au Canada ou en Europe, commente Guy Pardiac, directeur du Pôle de technologies propres de la Gaspésie. Cet appel de projets s’effectue en collaboration Ecotech Québec.

Ciment McInnis ne se fixe pas, pour le moment, d’objectifs de réduction de ses émissions ni d’échéancier de réalisation. On n’en est pas là, commente M. Pardiac.

La technologie devra aussi servir à créer une grappe industrielle autour de la cimenterie.

Guy Pardiac rappelle que le Pôle a été mis en place par différents partenaires régionaux pour créer une symbiose industrielle autour de la cimenterie. L’objectif, poursuit M. Pardiac, est donc de faire quelque chose avec ce CO2 pour [inciter] de nouvelles entreprises à s’installer dans la région .

Ciment McInnis prévoit que les technologies les plus adaptées à ses besoins seront connues au printemps.

Ces promoteurs seront invités à présenter leur proposition lors du Rendez-Vous Carbone, organisé durant la première semaine de juin par le Pôle de technologies propres de la Gaspésie.

À cette occasion, les promoteurs technologiques pourront visiter les installations de la cimenterie McInnis.

Un défi de taille

Selon le professeur adjoint à l’Institut national de la recherche scientifique, Louis-César Pasquier, la captation et la valorisation du CO2 émis par Ciment McInnis est à la fois un beau et gros problème.

Il rappelle qu’actuellement au Canada, seulement 2,5 millions de tonnes de CO2 sont captées. L’appel à l’innovation pourrait, selon lui, accélérer le développement technologique en raison de l’ampleur des émissions de la cimenterie. Il y a un très très gros défi technologique derrière tout ça, commente le spécialiste.

Vue à vol d'oiseau de l'installation industrielle de Port-Daniel

Simulation 3D de la cimenterie McInnis de Port-Daniel

Photo : Ciment McInnis

Les processus technologiques pour capter le CO2 des cimenteries existent déjà, souligne le professeur, mais c’est la valorisation qui est le véritable enjeu. À l’heure actuelle, dit-il, j’ai du mal à définir une seule approche technologique qui pourrait répondre à l’ampleur du problème, commente Louis-César Pasquier.

Le spécialiste indique que des technologies peuvent présentement transformer le CO2 en polymère, en carburant ou en fertilisant.

Cette démarche pourrait même, estime-t-il, permettre d’accélérer le développement des technologies compte tenu de la complexité et de l’ampleur du défi posé par Ciment McInnis.

Ciment McInnis s’engage à déployer les ressources humaines et techniques nécessaires à l’implantation de toute solution qui pourrait être retenue durant l’appel à innovation.

Biomasse

La compagnie s'était engagée à étudier la possibilité de substituer une partie du coke de pétrole utilisé comme source d’énergie à la cimenterie de Port-Daniel, par de la biomasse forestière produite dans la région.

Les résultats de l’étude de faisabilité devraient être déposés au cours des prochains mois. Cette solution pourrait permettre une diminution des émissions de GES de 150 000 tonnes métriques.

La cimenterie de Port-Daniel a une capacité de production de 2,3 millions de tonnes métriques de ciment par année, ce qui en fait potentiellement le plus grand émetteur de GES du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !