•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Côte-Nord s’oppose à l’exploitation de ses forêts par des entreprises du Saguenay

Les entreprises québécoises dénoncent les taxes sur les exportations de bois aux États-Unis.

Le ministère des Forêts a permis à des entreprises du Saguenay de s'approvisionner en bois sur la Côte-Nord. (archives)

Photo : Radio-Canada

Un syndicat et des élus s'opposent à l'attribution de droits forestiers de la Côte-Nord à une entreprise du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En 2018, le ministère des Forêts a accordé une garantie d'approvisionnement à la scierie d'Arbec pour son usine de l'Ascension-de-Notre-Seigneur pour 63 800 mètres cubes de bois situé sur le territoire de la Côte-Nord.

Le Conseil des Innus de Pessamit demande au ministère des Forêts de retirer l'attribution de ces volumes de bois à Arbec dans un document envoyé en 2018. Dans la lettre, signée par le chef René Simon, Pessamit dénonce l'attribution d'une garantie d'approvisionnement sur son territoire ancestral sans l'avoir consultée.

Les Innus ne sont les seuls mécontents. Les élus de la Manicouagan ne veulent pas que le bois de la Côte-Nord soit transformé dans une autre région.

Le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, espère que le contrat sera annulé. On a réussi à retarder ces coupes de bois jusqu'en 2021. [...] on aura peut-être une occasion encore de faire remettre ou de faire disparaître cet octroi-là, dit-il.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, craint que la récolte de bois par des entreprises d’autres régions mette en péril l’industrie forestière de la Côte-Nord.

Si on attribue du bon bois à d'autres régions et qu'on attribue à la Côte-Nord juste du bois affecté par la tordeuse [des bourgeons de l'épinette], on met en péril l'industrie de la Côte-Nord.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau
Yves Montigny, maire de Baie-Comeau et François Corriveau, directeur général de la Municipalité.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau et François Corriveau, directeur général de la Municipalité.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

De son côté, le Syndicat Unifor juge injuste qu’une entreprise du Saguenay–Lac-Saint-Jean puisse venir vient couper le bois de la Côte-Nord et le transporter chez elle pour le transformer.

Bernard Plante, le président du local 22 du syndicat, qui représente des travailleurs de la scierie des Outardes, demande au gouvernement de réviser sa décision.

Donnez-nous un lot au Lac-Saint-Jean, puis laissez-nous travailler, dit-il. Donnez la chance aux gens de la Côte-Nord de profiter de cette matière-là. Il n'y a personne qui a évalué ce dossier-là. Ça a été fait carrément sur un coup de tête.

Bernard Plante accorde une entrevue aux médias

Bernard Plante est le président du local 22 du Syndicat Unifor

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Bernard Plante dit avoir signifié ses inquiétudes au ministère des Forêts.

La scierie de Dolbeau-Mistassini de Produits forestiers Résolu a aussi obtenu une partie du bois de ce lot. Toutefois, la compagnie affirme avoir renoncé à ses droits forestiers.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !